Accueil > Musique > Musique > saison 2017-2018

Présentation de saison

Saison 18/19

  • 18h30mardi 26 Juin 2018

la Scène nationale d'Orléans

Présentation de la programmation

Vous avez "Osez l'aventure" avec nous pendant la saison passée. Maintenant, "Lâchez-vous" et en route pour la nouvelle saison de la Scène nationale d'Orléans, mardi 26 juin à 18h30.


Au programme de cette soirée, la découverte de notre teaser de saison réalisé par DTMC production puis quelques avant-goûts des spectacles à venir : musique, chanson, danse, cirque, performances, sans oublier les expositions mais aussi les temps forts et les festivals.

Notre brochure 18/19 sera disponible et vous aurez déjà la possibilité de souscrire votre abonnement. Une urne sera à disposition dans le hall pour y déposer votre bulletin d’abonnement papier.

Après la présentation, nous partagerons un verre pour clôturer la soirée en toute convivialité.
C'est un mardi et c'est gratuit... au plaisir de vous y retrouver !



Mardi 26 juin 18h30 - Salle Barrault
Entrée libre, dans la limite des places disponibles
Durée 1h environ

► Ouverture des abonnements :
Papier : mardi 26 juin après la présentation
En ligne : mercredi 27 juin 13h
► Ouverture de la billetterie hors abonnement : mercredi 11 septembre 13h


Musique

Le Sommeil d’Ulysse

  • 20h30vendredi 11 Mai 2018

Les cantates françaises, opéras de poche pour un ou deux chanteurs, font fureur dans les salons parisiens du XVIIIe siècle naissant. Ces œuvres, conçues sur des thèmes souvent mythologiques, font la part belle aux éléments dramatiques, tempêtes, éléments déchaînés et fureurs des passions.

Les cantates françaises, opéras de poche pour un ou deux chanteurs, font fureur dans les salons parisiens du XVIIIe siècle naissant. Ces œuvres, conçues sur des thèmes souvent mythologiques, font la part belle aux éléments dramatiques, tempêtes, éléments déchaînés et fureurs des passions. La brillante claveciniste Elisabeth Jacquet de la Guerre (1665-1729) fait partie de ces compositeurs pionniers, qui, aux côtés de François Couperin, Jean-Féry Rebel et Sébastien de Brossard, ont dépoussiéré les formes musicales du XVIIe siècle pour en donner une lecture novatrice et aboutie. Mariant avec un art consommé la douceur française et le feu italien dans les magnifiques cantates Le Sommeil d’Ulysse et Sémélé, Elisabeth Jacquet de la Guerre illustre avec une grâce sans pareille les « goûts réunis ».



La Rêveuse
Soprano Maïlys de Villoutreys
Direction Florence Bolton, Benjamin Perrot
Violon Stéphan Dudermel
Viole de gambe Florence Bolton
Théorbe Benjamin Perrot
Clavecin Clément Geoffroy
Elisabeth Jacquet de la Guerre (1664 -1729) Cantates et sonates



Vendredi 11 mai 20h30 - Salle Vitez
Tarifs de 13€ à 25€
Durée NC


Réservation

Concert

Le Pari des Bretelles

  • 17h00dimanche 13 Mai 2018

la Scène nationale d'Orléans

Félicien Brut/Quatuor Hermès/Édouard Macarez

Musette et musique classique s'unissent au son d'un accordéon, d'un quatuor à cordes et d'une contrebasse.


Découvrez le clip du groupe



Découvrez l'interview de Félicien Brut, accordéoniste du groupe



L’accordéon en majesté, avec un quatuor à cordes et une contrebasse ajoutée, dans un programme incroyablement ouvert.

L’accordéon est populaire. Mais intrinsèquement lié à l’histoire de l’accordéon, le musette est aujourd’hui menacé de tomber dans l’oubli. Plus qu’une simple mode dépassée, cette musique est un pan du patrimoine musical français du siècle dernier, révélatrice de l’esprit parisien des Années Folles. Le « piano à bretelles » de Félicien Brut fait ici le pari de mêler son souffle aux cordes frottées de cinq musiciens fabuleux pour se dévoiler, une fois encore, là où personne ne l’attend. Écrite pour accordéon et quintette à cordes, Suite Musette de Thibault Perrine est une œuvre commandée spécifiquement pour ce programme. Construite sur le modèle d’une suite de danses baroques, cette pièce d’une trentaine de minutes s’inspire de thèmes issus du répertoire musette. Elle se compose de sept mouvements, chacun dédié à une danse caractéristique : paso doble, valse, boléro, cha-cha-cha, fox-trot, java, polka.



Accordéon Félicien Brut
Contrebasse Edouard Macarez
Quatuor Hermès
Violons Omer Bouchez, Elise Liu
Alto Yung-Hsin Chang
Violoncelle Anthony Kondo
Musiques Richard Galliano Petite Suite française, Sergueï Prokofiev Ouverture sur des thèmes juifs, Astor Piazzolla Vuelvo al Sur Valses de Paris (accordéon), Béla Bartók Danses populaires roumaines, Thibault Perrine Suite Musette



Dimanche 13 mai 17h
Salle Touchard
Tarifs de 13€ à 25€
Durée NC


Réservation

Soirée Diotima

Quatuor Airis - Quatuor Diotima

  • 19h00mercredi 23 Mai 2018
  • 20h30mercredi 23 Mai 2018
+ horaires

la Scène nationale d'Orléans

Quatuor Diotima

La Diotima Académie continue de vous faire découvrir les jeunes talents de demain.


> Découvrez le Quatuor Airis



> Découvrez le Quatuor Diotima



Les concerts du Quatuor Diotima, en résidence à la Scène nationale, seront précédés d’un avant-concert d’un jeune quatuor de l’académie que Diotima dirige à Noirlac chaque année.

Le quatuor Airis que nous avons découvert en 2016 à Noirlac et originaire de Cracovie viendra interpréter le captivant et autobiographique 2e quatuor Lettres intimes de Leoš Janácek. L’émoi amoureux pousse ici un compositeur aux plus folles libertés artistiques, dans un langage nerveux et intense lui permettant de concrétiser son rêve d’émancipation germanique. En écho à ce chef-d’œuvre le quatuor Airis présentera l’œuvre très construite du jeune compositeur argentin Alex Nante, élève au conservatoire de Paris et que nous avons rencontré en 2016 à Noirlac. Pour clore la soirée, la Suite lyrique d’Alban Berg montre au public le versant germanique du début du XXe siècle. On y voit une musique raffinée à l’extrême, expressionniste mais soucieuse de lyrisme où l’accent tchèque est même parfois suggéré. Comme une respiration, le Quartettsatz de Franz Schubert montre le chemin parcouru par la tradition viennoise en un siècle. Le quatuor de Bernd Aloïs Zimmermann est une œuvre de jeunesse du grand compositeur allemand, figure majeure de l'Allemagne au XXeme siècle. Cette pièce -écrite entre 1942 et 1945-, est restée à l'état de brouillon jusqu¹à sa mort et n'a été redécouverte qu¹au début des années 2000 puisque créée par le quatuor Hagen en 2008 seulement. Composée de deux mouvements au caractère bien distincts (adagio molto et allegro moderato), on y remarque une grande prépondérance de l'harmonie même si le compositeur parle dans une lettre datée de 1945, d'un travail concentré et presqu'abstrait. Loin des grands chefs d’œuvres écrits par le compositeur dans les années 60, cette pièce permet de mesurer l'importante évolution stylistique de son travail. Pierre Morlet



Nos rendez-vous
Mercredi 23
à l'issue du spectacle - Salle Vitez
Rencontre avec les musiciens du Quatuor Airis et du Quatuor Diotima.



Quatuor Airis

Violons Aleksandra Czajor, Grazyna Zubik
Alto Natalia Warzecha-Karkus
Violoncelle Julia Kotarba
Musiques Alex Nante Lutum-Lumen, Leoš Janácek 2e quatuor « Lettres intimes »



Quatuor Diotima
Violon 1 Yun-Peng Zhao
Violon 2 Constance Ronzatti
Alto Franck Chevalier
Violoncelle Pierre Morlet
Musiques Franz Schubert Quartettsatz, Aloïs Zimmermann Quatuor de Bernd, Alban Berg Suite lyrique



Mercredi 23 mai 19h et 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 10€ et 20€
Durée NC


Réservation

Ensemble en résidence

L'Oreille du Roi

  • 20h30mercredi 30 Mai 2018

la Scène nationale d'Orléans

Ensemble Cairn

Cette pièce radiophonique de l'Ensemble Cairn s'anime grâce au charisme du comédien Jacques Gamblin.


> Découvrez l'Ensemble Cairn en live



L’Oreille du roi se tient entre le conte musical et le théâtre musical. Elle est composée à partir du texte d’Italo Calvino (1923-1985) « Un re in ascolto » (Un roi à l’écoute) et fut commandée par l’Ensemble Cairn au compositeur basque Joël Merah en 2003.Issu d’un recueil de trois contes Sous le soleil Jaguar qui s’attache à explorer trois des cinq sens humains (l’odorat, le goût et l’ouïe), Un roi à l’écoute raconte l’histoire d’un roi cloîtré dans la salle du trône tentant de décrypter les messages sonores qui filtrent à travers les murs de son palais. Seule sa perception auditive lui permet une interprétation possible mais pas toujours certaine, de ce qui se passe à l’intérieur et autour du palais. L’œuvre est composée de plusieurs volets qui articulent entre eux des passages du texte récité en français, des compositions pour formations instrumentales variées (du solo au tutti), des fragments sonores sur bande-son, des arrangements et « collages » de musiques bien plus anciennes, l’omniprésence d’un morceau de Johannes Ciconia (1370-1412) : Una Panthera.



Nos rendez-vous
Mercredi 30
à l'issue du spectacle - Salle Vitez
Les musiciens du concert L'Oreille du Roi seront présents pour répondre à vos questions.



Récitant Jacques Gamblin
Ensemble Cairn
Compositeur Joël Merah
Flûte Cédric Jullion
Clarinette Ayumi Mori
Guitare Christelle Séry
Piano Caroline Cren
Alto Hélène Desaint
Violoncelle Ingrid Schœnlaub
Ingénieur du son Arnaud Delacelle
Création lumières Pierre Marteau
Texte Sotto Il Sole Giaguaro de Italo Calvino
Copyright © 2002, The Estate of Italo Calvino, used by permission of The Wylie Agency (UK) Limited



Mercredi 30 mai 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 10€ et 20€
Durée 1h environ



Réservation

Compositeur en résidence

Sonneurs

  • 20h30mercredi 13 Juin 2018

la Scène nationale d'Orléans

Erwan Keravec

Improvisateur à l'inventivité débordante pour un concert d'une puissance sonore renversante. Erwan is back !


Découvrez le Quatuor Sonneurs en live




Après treize premières pièces de musique contemporaine : neuf pièces en solo (Nu Piping#1) puis quatre autres dédiées à un trio pour cornemuse et voix (Vox, Nu Piping#2), Erwan Keravec a souhaité voir s’il était possible d’étendre son ambition au-delà de son instrument. Pour cela, il a constitué un quatuor avec les quatre instruments de la tradition sonnée en Bretagne: la bombarde et le biniou koz, les deux instruments historiques, la cornemuse écossaise devenue bretonne depuis un siècle, et la trélombarde inventée dans les bagadou pour faire le contre-chant de la bombarde et de la cornemuse. Ce quatuor propose un son brut, un timbre riche, le son continu du biniou et la cornemuse, une présence resserrée dans le spectre sonore et, bien sûr, un son puissant. De ces quatre instruments, seule la cornemuse écossaise a un répertoire en musique contemporaine (en grande partie grâce à Nu Piping). Pour les trois autres instruments, Sonneurs sera le début d’un rapport à l’écriture contemporaine.



Nos rendez-vous
Mercredi 13
à l'issue du spectacle - Salle Vitez
Rencontre avec Erwan Keravec pour le spectacle Sonneurs. Les musiciens de son équipe seront eux aussi présents.



Nu Piping #3
Cornemuse
Erwan Keravec
Biniou Mickaël Cozien
Bombarde Erwan Hamon
Trélombarde Guénolé Keravec

Musiques
Wolfgang Mitterer Run
Susumu Yoshida Ode funèbre à Tristan
Samuel Sighicelli Spas
Erwan Keravec Sans titre (provisoire)



Mercredi 13 juin
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 10€ à 20€
Durée 1h


Réservation

Compositeur en résidence

Vox

  • 20h30mardi 30 Janvier 2018

la Scène nationale d'Orléans

Erwan Keravec

Duo lyrique et chant basque, pour un voyage exaltant au son de la cornemuse !


> Découvrez le projet musical Vox expliqué par Erwan Keravec



Duo lyrique et chant basque, pour un voyage exaltant au son de la cornemuse !

Erwan Keravec nous avait déjà donné son programme Nu Piping #1 en 2013, constitué de commandes passées à des compositeurs qui découvraient, à sa demande, la cornemuse. Il a souhaité prolonger ce premier travail par une musique écrite pour soprano, baryton et cornemuse. La cornemuse est constituée d’un hautbois mélodique, le « chanter », de deux bourdons « ténors », une octave au-dessous du chanter et d’un bourdon « basse », une octave en dessous des ténors. Le choix des voix de soprano et baryton est celui qui permet de couvrir tout l’ambitus sonore de la cornemuse. Erwan Keravec a sollicité quatre nouveaux compositeurs très différents. Chacun d’eux a une connaissance et une aisance dans l’usage de la voix mais découvre la cornemuse. Leur perception de cet instrument, détachée de son origine culturelle, se tourne vers la diversité sonore qu’il est capable de produire. II a aussi invité Beñat Achiary, chanteur traditionnel basque, à improviser un duo cornemuse/voix. La capacité de Beñat à se fondre dans les bourdons ou le « chanter » l’a captivé parce que la cornemuse devient alors organique et la voix primitive.


_
Nos rendez-vous
Mardi 30 janvier à l'issue du spectacle - Salle Vitez
Rencontre autour du projet Vox avec Erwan Keravec, artiste en résidence.



Nu Piping #2
Cornemuse Erwan Keravec
Soprano Donatienne Michel-Dansac
Baryton Vincent Bouchot
Invité additionnel Beñat Achiary

Musiques
Philippe Leroux Le chant de la pierre
José Manuel Lopez Lopez No Time
Oscar Strasnoy Hanokh



Mardi 30 janvier 20h30 - Salle Vitez
Tarifs de 10€ à 25€
Durée 50 minutes environ


Réservation

Soirée Diotima

Quatuor Delmege - Quatuor Diotima

  • 19h00mercredi 07 Février 2018
  • 20h30mercredi 07 Février 2018
+ horaires

la Scène nationale d'Orléans

Quatuor Diotima

La Diotima Académie vous fait découvrir les vrais jeunes talents de demain.


> Découvrez le Quatuor Delmege



> Découvrez le Quatuor Diotima




La Diotima Académie vous fait découvrir les vrais jeunes talents de demain.

« Ce deuxième double-concert de notre saison permettra au public de découvrir le Quatuor Delmege, formation britannique venue se perfectionner en 2015 à notre Académie. Remarqués pour leur capacité d’écoute auprès des compositeurs, ils se confronteront à l’œuvre raffinée et organique du jeune compositeur catalan Joan Magrané, lui aussi présent en 2015 à notre Académie. La seconde moitié de la soirée offrira elle aussi une œuvre conséquente et majeure du répertoire avec le dernier quatuor de Franz Schubert. Cette œuvre presque beethovenienne par ses contrastes violents et sa complexité formelle s’opposera à l’impressionnisme de Karol Szymanowski dans son deuxième quatuor, dont les thèmes sont issus du folklore polonais des montagnes du Tatras. En ponctuation de ces deux œuvres références du grand répertoire, le quatuor d’Andrea Lorenzo Scartazzini, en création française, offrira une musique opératique et contrastée, presque issue du modèle schubertien. » Pierre Morlet


_
Nos rendez-vous
Mercredi 7 février à l'issue du spectacle - Salle Vitez, Théâtre d'Orléans
Rencontre avec l'équipe du Quatuor Diotima en présence du Quatuor Delmege



Quatuor Delmege (à 19h)
Violons Tom Aldren, Kirsty Lovie
Alto Joe Fisher
Violoncelle Hannah Innes
Musiques Joan Magrané Alguns cants òrfics, Felix Mendelssohn Quatuor opus 80



Quatuor Diotima (à 20h30)
Violon 1 Yun-Peng Zhao
Violon 2 Constance Ronzatti
Alto Franck Chevalier
Violoncelle Pierre Morlet
Musiques Karol Szymanowski 2e quatuor, Andrea Lorenzo Scartazzini Création française, Franz Schubert Quatuor à cordes n° 15



Mercredi 7 février, en deux parties, 19h et 20h30
− Salle Vitez
Tarifs de 10€ et 20€
Durée NC


Réservation

Concert

Ricardo Ribeiro

  • 17h00dimanche 11 Février 2018

Scène nationale d'Orléans

Ricardo Ribeiro

À seulement 35 ans, il est la nouvelle star masculine du fado !


> Découvrez le clip de Nos Dias de Hoje




Le charismatique lisboète est la nouvelle star masculine du fado. Immanquable !

Nouvelle étoile scintillante de la constellation du fado portugais, le jeune Ricardo Ribeiro poursuit son ascension fulgurante dans le panthéon très fermé du genre lisboète. Son timbre vocal puissant, son talent saisissant et ses interprétations troublantes, au plus près de la saudade lusitanienne, l’ont rapidement placé en orbite sur les sommets fadistes. Chanteur précoce, fadista profond, Ricardo Ribeiro est l’un des rares artistes masculins de fado dont le talent rayonne au-delà du Portugal. Il suffit d’entendre sa voix puissante et son chant riche de mille nuances pour en comprendre les raisons. Avec son titre manifeste, Hoje é Assim, Amanhã Não Sei (Aujourd’hui c’est ainsi, demain nous ne savons pas), le nouvel album de Ricardo Ribeiro offre du fado un panorama élargi dans l’espace et le temps, où le chanteur reprend le Malaventurado de Bernardim Ribeiro, qui au xvie siècle fut l’un des premiers à définir le sentiment de saudade, chère à la culture portugaise.



Chant Ricardo Ribeiro
Guitare portugaise José Manuel Neto
Guitare classique Carlos Manuel Proença
Guitare acoustique Daniel Pinto



Dimanche 11 février 17h
Salle Barrault
Tarifs de 13€ à 25€
Durée 1h15


Réservation

Ensemble en résidence

Portulan

  • 20h30mercredi 14 Février 2018

Scène nationale d'Orléans

Ensemble Cairn

Musique de chambre, une idée pour une soirée de St Valentin à la fois inédite, surprenante et musicale.


> Découvrez l'Ensemble Cairn en live



Musique de chambre, une idée pour une soirée de St Valentin à la fois inédite, surprenante et musicale.

« Portulan, c’est le projet d’un cycle de musique de chambre qui pourra réunir, dans son état final, une douzaine de pièces. Il est écrit pour huit musiciens (flûte, clarinette, cor, piano, percussions, violon, alto, violoncelle), mais chaque pièce utilise une combinaison différente à l’intérieur de cet ensemble. C’est aussi une sorte d’autobiographie par métaphores, en ce sens que chaque pièce se réfère à quelque chose, lieu, voyage, lecture, expérience esthétique, de particulière signification pour moi. Portulan est d’ailleurs le titre d’un recueil de poèmes de mon père, qui m’avait impressionné lorsque j’étais adolescent. » Tristan Murail, compositeur

« La voix. L’instrument. Incantare, littéralement : enchanter. L’instrument, je l’ai toujours considéré telle une métaphore de la voix. Ici : une flûte, une clarinette, un piano, une harpe, et un trio à cordes. Nulle voix réelle, chantée, incarnée, cependant, mais la quête d’un souffle, d’un fluide rouge et charnel qui traverse toute l’intelligence des mains, des bouches, des pieds, du corps des musiciens, en contact avec ces corps sonores que l’on appelle instruments. Le langage inouï des mains ouvre par l’instrument un espace où la voix peut surgir, où le chant peut naître, où l’enchantement, j’aime à le croire, puisse advenir. » Philippe Schoeller, compositeur



Ensemble Cairn
Direction musicale Guillaume Bourgogne
Flûte Cédric Jullion
Clarinette Ayumi Mori
Cor Antoine Dreyfuss
Piano Caroline Cren
Percussions Sylvain Lemêtre
Violon Naaman Sluchin
Alto Vladimir Percevic
Violoncelle Frédéric Baldassare

Portulan
Tristan Murail
Feuilles à travers les cloches, Les ruines circulaires, Seven Lakes Drive, Garrigue, Dernières nouvelles du vent d’ouest, Paludes, La Chambre des cartes

Trois incantations
Philippe Schoeller
Incantation 1 Incantation 3 Incantation 5



Mercredi 14 février
20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 10€ et 20€
Durée 1h15


Concert diffusé sur France Musique le 16 mai 2018 à 20h dans "Le concert du soir", animée par Arnaud Merlin


Réservation

Concert

Finale du 13e Concours International de Piano d'Orléans

  • 15h00dimanche 18 Mars 2018

la Scène nationale d'Orléans

Soif d'innovation, passion, obstination, sont les maîtres-mots de ces jeunes virtuoses.


> Retour sur le 12e Concours International de Piano d'Orléans




Soif d'innovation, passion, obstination, sont les maîtres-mots de ces jeunes virtuoses.

Les trois finalistes du Concours international de piano d'Orléans ont été annoncés mercredi soir, à l'issue de la troisième épreuve. Il s'agit de Maroussia Gentet, Miharu Ogura et Hyeon Jun Jo : une Française, une Japonaise et un Coréen du Sud. Ils s'affronteront dimanche au Théâtre d'Orléans dans l'ultime épreuve du Concours international de piano d'Orléans 2018, consacré aux répertoires des 20e et 21e siècles.


« Pendant dix jours à Orléans, les candidats concourent non seulement pour les prix qui leur seront remis par de prestigieuses associations et fondations, mais défendent aussi et avant tout leur vision de la musique d’aujourd’hui et d’un siècle, le XXe , qui a tellement révolutionné l’histoire de l’écoute... Cette soif d’innovations, d’échanges et de découvertes prend vie sous le regard du jury, du public, des médias, des programmateurs venus du monde entier. Une carrière attend ces pianistes à la suite du Concours : une véritable fête pour le piano, pour la musique et pour l’art ! » Isabella Vasilotta, Directrice artistique d’Orléans Concours International

Pour cette finale au Théâtre, les trois candidats retenus devront se confronter à un programme ardu qui comprendra une version abrégée de Au Cœur de l’Oblique, œuvre commandée par Orléans Concours International à Hèctor Parra, compositeur catalan qui était membre du jury pour le 12e concours.

Au Cœur de l’Oblique
est une création mondiale, commande spéciale d’Orléans Concours International, avec le soutien de la Région Centre-Val de Loire et de la Fondation Francis et Mica Salabert.



Coréalisation Orléans Concours International / la Scène nationale d’Orléans
Œuvres interprétées par chacun des candidats finalistes Franco Donatoni Arpège – pour six instruments
Avec la participation de mdi ensemble
Direction Yoichi Sugiyama
Musique Hèctor Parra Au Cœur de l’Oblique pour piano solo
Œuvres au choix Enrique Granados Goyesca El Amor y la Muerte, Dimitri Chostakovitch Préludes et fugues op. 87 : 24 e Prélude et Fugue, Paul Dukas Sonate en mi bémol mineur : 3e mouvement



Dimanche 18 mars 15h − Salle Barrault
Tarifs de 13€ à 25€
Durée 3h environ


Réservation

Concert

L'Arbre en poche

  • 20h30mardi 20 Mars 2018

la Scène nationale d'Orléans

Claire Diterzi

Découvrez une nouvelle facette de l'artiste avec cette dernière création théâtrale et musicale, follement transgressive.


> Découvrez le teaser du spectacle L'Arbre en poche



> Découvrez le clip Infiniment Petit de Claire Diterzi




Découvrez une nouvelle facette de l'artiste avec cette dernière création théâtrale et musicale, follement transgressive.

"“Pièce musicale” est l’appellation qui me paraît la plus appropriée pour définir l’objet hybride sur lequel j’ai travaillé, puisqu’elle réunit un contreténor, un comédien, un trampoliniste, six percussionnistes et une chanteuse-guitariste au plateau. On pourrait même dire qu’il s’agit d’une pièce transmusicale, car au-delà de son caractère pluridisciplinaire, cette création abolit les frontières entre l’art vocal baroque, l’électro-pop, la musique contemporaine et la chanson. À l’origine du défi, un roman emblématique de ce refus de rentrer dans un moule : Le Baron perché d’Italo Calvino, qui raconte la vie d’un jeune aristocrate décidant à l’âge de douze ans, suite à un différend avec ses parents, de grimper dans un arbre et de ne plus jamais en descendre. Derrière l’éblouissante fantaisie de la fiction tragicomique, j’ai été frappée par la spiritualité qui se dégageait du roman, truffé de références philosophiques aux Lumières. Au travers de ce spectacle, j’entends, en cette période morose marquée par les attentats, le désastre écologique et la crise du capitalisme, traiter de la question philosophique fondamentale que nous pose l’auteur dans son Baron perché : celle de l’émancipation." Claire Diterzi



Compagnie Je garde le chien
Textes, conception Claire Diterzi
Musique Francesco Filidei, Claire Diterzi
Mise en scène Claire Diterzi, Fred Hocké
Dramaturgie David Sanson
Costumes Fabienne Touzi Dit Terzi
Création lumière Fred Hocké, Nicolas Guellier
Régie générale Cédric Grouhan
Son Julien Parouty
Lumières Nicolas Guellier
Chant Serge Kakudji (contreténor), Claire Diterzi
Jeu Alexandre Pallu
Percussions Matthieu Chardon, Lucie Delmas, Stéphane Garin, Thibault Lepri, Lou Renaud-Bailly, François Vallet



Mardi 20 mars 20h30 - Salle Barrault
Tarifs de 13€ et 25€
Durée 1h15


Réservation

Ensemble en résidence

Une saison en enfer

  • 20h30jeudi 14 Décembre 2017

la Scène nationale d'Orléans

Ensemble Cairn

L’Ensemble Cairn, en résidence à la Scène nationale, nous propose trois concerts.


> Découvrez l'Ensemble Cairn en live




En 1980, Gilbert Amy, compositeur français né en 1936 et collaborateur de Pierre Boulez au sein du Domaine musical dans les années 60, compose une partition pour récitant (enregistré sur une bande-son), piano, percussions et électronique à partir du texte Une saison en enfer d’Arthur Rimbaud. À la toute fin de la pièce surgissent deux voix : une voix de femme, soprano et une voix d’enfant, incarnant les doubles féminin et enfantin du poète. Le texte de Rimbaud est fondateur d’une poétique puissante qui nomme à la fois l’idéalité du verbe et sa faillite concomitante. Il est un cheminement moral, tout personnel et une lutte passionnée pour la liberté de penser qui est aussi la liberté d’être. Paul Verlaine dira plus tard qu’Une saison en enfer est une « Prodigieuse autobiographie psychologique, écrite dans cette prose de diamant qui est la propriété exclusive de son auteur. » Le texte est âpre, violent, comme peut l’être l’adolescence : implacable et sans concession. Mais c’est aussi comme l’écrit Yves Bonnefoy, la dimension implacable de l’échec. Une saison en enfer sera le dernier texte de Arthur Rimbaud, avant l’exil définitif, loin de la poésie.


Je tiens Une Saison en enfer pour l’un des textes les plus riches de la poésie et même de la littérature française. Tout ce qui touche à l’humain et au divin s’y trouve dans le désordre visionnaire, mais construit, d’un maître de la langue. De surcroît, ce texte écrit par un poète de 19 ans est le dernier que nous connaissons de Rimbaud, avant l’exil de la création. Il m’a semblé possible de reparcourir cet itinéraire fabuleux. Mon parcours est tout personnel : il n’était pas question de reproduire le texte in extenso. Il n’était pas question non plus de suivre un quelconque ordre « chronologique » (qui n’existe pas). C’est donc à une mise dans le temps – un temps musical – du poème que je me suis livré, également, si l’on veut, à une mise en résonance très multiple des fragments du poème les moins rebelles. Les éléments textuels utilisés sont empruntés à « Jadis… » – Mauvais Sang – Nuit de l’Enfer – Délires I (Vierge Folle) – Délires II (Alchimie du Verbe). Suivant les séquences, le poème est distribué entre trois voix représentant, à mes yeux, les trois faces de l’enfant-poète-homme Rimbaud (voix d’enfant, de femme, d’homme). À ces trois voix principales confiées à des comédiens, s’ajoute épisodiquement celle de l’écrivain Jean Thibaudeau qui m’a aidé dans le découpage et la mise en place des textes. Ces voix sont traitées tantôt de façon linéaire, tantôt de manière chorale et polyphonique, tantôt encore, de manière fortement distordue par les procédés électroniques. Dans la dernière partie, la voix se fait chant, en miroir du poème dit : une voix de soprano et une voix d’enfant « en direct », mêlées à des fragments de choeurs enregistrés. Le piano et les percussions forment commentaire et contrepoint du discours fixé par le matériau électroacoustique. Ils sont la chair instrumentale et rythmique. Quant à ce matériau électroacoustique, il oscille entre « son purement artificiel » (par exemple : synthétiseur) et « son d’origine humaine travaillé », afin que se crée l’ambiguïté nécessaire selon moi, entre domaine électronique et domaine instrumental. La partie acousmatique d’Une saison en enfer a été réalisée sur huit pistes dans les studios de l’INA-GRM en 1979, avec le précieux concours de Yann Geslin qui m’a constamment assisté dans toutes les étapes de la composition électroacoustique. La création publique a eu lieu en mai 1980 à Radio France et a donné lieu à un enregistrement publié dans la collection INA-GRM. Au printemps 1991, j’ai réalisé un nouveau mixage de la bande, à l’aide des procédés électroacoustiques actuels, dans le cadre de SONUS (CNSM de Lyon), et avec la collaboration de Christophe Germanique. Un enregistrement (en CD) a été effectué à partir de cette « nouvelle version ».
Gilbert Amy



Nos rendez-vous
Jeudi 14 à l'issue du spectacle - Salle Barrault, Théâtre d'Orléans
Rencontre avec l'équipe artistique de l’ensemble Cairn et le compositeur français Gilbert Amy



Ensemble Cairn
Piano, percussions Caroline Cren
Percussions Sylvain Lemêtre
Soprano Léa Trommenschlager
Maîtrisien Igor Semesies
Chef de chœur Marie-Noëlle Maerten
Régie et création lumières Thomas Leblanc
Ingénieur du son Sébastien Naves
Avec la collaboration de la Maîtrise de Radio France / Sofi Jeannin Directrice Musicale

Chansons sur des textes de Verlaine
Maurice Ravel Un grand sommeil noir
Claude Debussy Clair de lune
Claude Debussy Il pleut dans mon coeur

Chansons sur des textes de Rimbaud
Benjamin Britten Villes
Benjamin Britten Départ

Gilbert Amy Une saison en enfer



Jeudi 14 décembre 20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 10€ et 20€
Durée 1h10


Réservation

Concert

Rodolphe Burger et Moon Gogo

  • 20h30samedi 16 Décembre 2017

la Scène nationale d'Orléans

Partenariat avec L’Astrolabe.

Soirée entre rock et poésie avec Rodolphe Burger et Moon Gogo qui réunit Federico Pellegrini, chanteur-guitariste-claviers, et la Nanto-coréenne E’Joung-Ju, joueuse émérite de geomungo.


> Découvrez le duo Moon Gogo lors d'une performance musicale



> Découvrez le clip Happy Hour de Rodolphe Burger




Soirée entre rock et poésie avec Rodolphe Burger et Moon Gogo qui réunit Federico Pellegrini, chanteur-guitariste-claviers, et la Nanto-coréenne E’Joung-Ju, joueuse émérite de geomungo.


Moon Gogo réunit Federico Pellegrini, alias French Cowboy, et E’Joung-Ju, joueuse émérite de geomungo, cithare traditionnelle coréenne à six (longues) cordes, à la fois mélodique et percussif. La rencontre pouvait sembler improbable, Le résultat, lui, est évident. Le Français et la Coréenne construisent une musique dépouillée et obsédante, élégante et légèrement débraillée, intime et suavement punk. De la musique de chambre pas très bien rangée.



Première partie - Moon Gogo
Guitare, chant, claviers à un doigt Federico Pellegrini alias French Cowboy
Geomungo E’Joung-Ju




« À la fois rocker ethnologue et baroudeur sonore, facteur Cheval en mouvement perpétuel, philosophe électrique et musicien éclectique, Rodolphe Burger vient de publier Good, son 5e album. En plus d’une carrière de trente-cinq ans, l’ancien membre de Kat Onoma poursuit son travail de défricheur de sons. Charismatique et élégant, Burger se joue des étiquettes et mêle jazz, blues et rock pour délivrer une musique singulière et bouleversante. Good est un disque de chaman qui transcende et transporte. » D’après Lionel Decottignies et Philippe Barbot



Rodolphe Burger
Good (nouvel album)
Chant lead, guitare Rodolphe Burger
Contrebasse, clavier basse, choeur Sarah Murcia
Batterie, machine Christophe Calpini
Lumières Christophe Olivier
Son Léo Spiritof



Samedi 16 décembre
20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 13€ à 25€
Durée 2h30


Réservation

Jeune public / Scolaires

La Tête à l'envers

  • 17h00mercredi 10 Janvier 2018
  • 17h00samedi 13 Janvier 2018
+ horaires

la Scène nationale d'Orléans

Noémi Boutin et Sylvaine Hélary

Ce duo féminin emmène nos plus jeunes oreilles dans une exploration musicale de leur époque.


> Découvrez une autre création du duo, Entre Chou et Loup




Ce duo féminin emmène nos plus jeunes oreilles dans une exploration musicale de leur époque.


Noémi Boutin et Sylvaine Hélary nous avaient donné, en 2014 et pour les plus petits, Entre Chou et Loup. Elles reviennent pour les mêmes enfants grandis, quatre ans après, avec un nouveau projet et avec la même volonté de faire entendre aux jeunes oreilles la musique contemporaine dans son sens le plus large et le plus accessible, en commandant tout le répertoire à des compositeurs d’horizons et de générations variés, aux styles singuliers. Ensemble, elles proposent une traversée au cœur de cette musique d’aujourd’hui, intrigante, vivante et colorée qu’elles aiment à marier avec toutes sortes de mots, des mots-pour-penser, des mots-à-jouer et même à-rire. Véritable "concert détonnant", elles y évoquent ces petites révolutions intérieures qui chamboulent et parfois font vaciller, celles qui surgissent dans ce passage délicat entre l'enfance et l'âge adulte, lorsque nous interrogeons qui nous sommes et, entre nos peurs et nos désirs, ce que nous voulons être. Dialogue complice entre ces deux musiciennes, La Tête à l’envers fait éclore une émotion teintée d'un souffle de liberté, invitant chacun à trouver en lui-même sa propre voix.



Nos rendez-vous
Samedi 13 janvier à l’issue du spectacle - Salle Vitez, Théâtre d'Orléans
Rencontre avec le duo de musiciennes, Noémi Boutin et Sylvaine Hélary.



À partir de 10 ans
Flûte, voix Sylvaine Hélary
Violoncelle, voix Noémi Boutin
Composition musicale Frédéric Aurier, Sylvaine Hélary, Sylvain Lemêtre, Magic Malik, Albert Marcoeur, Frédéric Pattar
Scénographie, lumières, régie Sam Mary
Régie Kamille Fau
Regard extérieur Benjamin Groetzinger
Costumes Éloïse Simonis
Visuel du spectacle (dessin) Emre Orhun
Travail vocal Mireille Antoine

Musiques
Sylvain Lemêtre Où j'habite mon corps ?
Frédéric Pattar Deux chansons enchevêtrées (d’après Quinze chansons de Maurice Maeterlinck)
Albert Marcoeur Messagerie Mobile
Frédéric Aurier Courir
Albert Marcoeur C’est pas l’moment
Sylvaine Hélary Défaites-vous (extraits issus de Le dehors de toute chose et La rage du sage d’Alain Damasio)
Sylvain Lemêtre Je pose mes mots
Magic Malik Le Pendu
Sylvain Lemêtre Jeu Danse
Sylvaine Hélary Memento Mori (d’après La rage du sage d’Alain Damasio)



Mercredi 10, samedi 13 janvier 17h − Salle Vitez
Scolaires du mardi 9 au vendredi 12 janvier
Tarifs de 10€ à 20€
Durée 50 minutes environ


Réservation

Musique et danse

Le Roi danse !

  • 20h30vendredi 12 Janvier 2018

la Scène nationale d'Orléans

Les Folies françoises et la Compagnie l’Eventail

Imaginez un roi nostalgique qui, le temps d’un soupir, éveille en lui le frisson de la danse sur une musique de Couperin.


> Teaser de l'Ensemble Les Folies françoises




Imaginez un roi nostalgique qui, le temps d’un soupir, éveille en lui le frisson de la danse sur une musique de Couperin.

« Au crépuscule d’un roi soleil, ne restent que les souvenirs d’un jeune souverain danseur. Les danses se font rares, dans une cour vieillissante. La Chapelle Royale devient l’écrin d’une musique sur laquelle ce roi ne danse plus. Cette musique c’est celle du grand Couperin. Une musique raffinée, délicate, théâtrale, des suites de danses dont certaines remuent nos solitudes ou bien les rejoignent. Imaginer un roi nostalgique qui, le temps d’un soupir, éveille en lui le frisson de la danse à l’écoute d’un menuet ou d’une sarabande. La postérité garde en mémoire le bal à la cour et le rôle d’Apollon mais le danseur passionné et fougueux qu’était ce roi se souvient aussi de ses rôles dansés en travesti dans des ballets de cour et des comédies ballet, ceux de filou ivre, ou ceux de diseuse de bonne aventure. Danser à l’envi, s’entourer des meilleurs danseurs professionnels, préférer la compétence au rang social, en faire l’expression glorifiée de son pouvoir : l’histoire ne le sait pas encore mais le roi n’aura nul successeur. Aucun compositeur n’aura plus jamais le privilège d’avoir un souverain danseur ! » Marie-Geneviève Massé



Nos rendez-vous
Lundi 8 janvier de 19h à 21h - CCNO
After work, atelier chorégraphique avec, le chorégraphe et interprète de danse baroque, Bruno Benne autour du spectacle Le Roi danse ! de Marie Geneviève Massé.
Tarif : 10€ les deux heures d'atelier. Informations et inscriptions
Vendredi 12 janvier à l’issue du spectacle - Salle Barrault, Théâtre d'Orléans
Rencontre avec une partie de l'équipe de Le Roi danse ! Patrick Cohën-Akenine, directeur des Folies françoises, Marie-Geneviève Massé, chorégraphe de la compagnie de danse l'Eventail, ainsi que des artistes.
Samedi 13 janvier de 11h à 13h - CCNO
Atelier-brunch avec Maud Le Pladec, chorégraphe et directrice du CCNO, et Régis Badel, interprète pour Le Roi danse ! Au programme : pratique artistique, immersion dans la création, rencontre exclusive et échange informel avec l'artiste autour d'un brunch. Tarif : 10€ les deux heures d'atelier. Informations et inscriptions



À partir de 7 ans
Chorégraphie Marie-Geneviève Massé
Costumes Olivier Bériot
Décors Claire Niquet
Lumières Carlos Perez

Compagnie de danse l’Eventail
Direction Marie-Geneviève Massé, Sarah Berreby, Olivier Collin, Robert Le Nuz, Adeline Lerme, Artour Zakirov

Les Folies françoises
Violon, direction Patrick Cohën-Akenine
Viole de gambe Christine Plubeau
Clavecin Béatrice Martin
Hautbois, Christophe Mazeaud

Musiques
François Couperin Louis XIV et le ballet de cour avec le roi de Siam, Louis XIV masqué et travesti dans la comédie ballet Louis XIV apollinien



Vendredi 12 janvier 20h30 - Salle Barrault
Tarif 25€ et 20€
Durée 1h30


Complet, liste d'attente ouverte. Contacter la billetterie au 02 38 62 75 30

Réservation

Musique

Quatuor Hagen

  • 20h30samedi 20 Janvier 2018

la Scène nationale d'Orléans

Quatuor Hagen

À l’invitation du Quatuor Diotima, découvrez à Orléans le célèbre ensemble familial autrichien honoré dans le monde entier.


> Découvrez le Quatuor Hagen



Découvrez le célèbre quatuor à cordes autrichien déjà honoré dans le monde entier. Mozart, Webern, Schubert !

Dans le cadre de sa résidence à la Scène nationale d’Orléans, le Quatuor Diotima a souhaité faire entendre le Quatuor Hagen. L’exceptionnelle carrière du Quatuor Hagen a commencé il y a près de trois décennies, en 1981. Jalonnées de prix obtenus à des concours prestigieux et marquées par un contrat d’exclusivité avec Deutsche Grammophon, qui a produit près de 45 CD au cours de vingt années de coopération, les premières années ont été consacrées à l’élaboration d’un prodigieux répertoire auquel le Quatuor Hagen a donné son profil si caractéristique. La coopération avec des personnalités musicales comme Nikolaus Harnoncourt et György Kurtág n’est pas moins importante pour le Quatuor Hagen que les concerts donnés avec des musiciens comme Maurizio Pollini, Mitsuko Uchida, Krystian Zimerman, Heinrich Schiff ou Jörg Widmann. Le répertoire et la discographie du quatuor vont des oeuvres de Haydn à celles de Kurtág, retraçant toute l’histoire du quatuor à cordes. Pour de nombreux quatuors à cordes de la nouvelle génération, le Quatuor Hagen est un modèle de qualité sonore, de diversité stylistique, d’harmonie et de réflexion sur les œuvres et compositeurs de son répertoire. Depuis l’été 2013, le Quatuor Hagen joue sur le quatuor d’instruments du luthier Stradivari connu sous le nom de « Quatuor Paganini ». Ces instruments leur sont généreusement prêtés par la Nippon Music Foundation.



Quatuor Hagen
Violons Lukas Hagen, Rainer Schmidt
Alto Veronika Hagen
Violoncelle Clemens Hagen
Musiques Wolfgang Amadeus Mozart Jagdquartett, Anton Webern Düster und schwer (1905), Franz Schubert Rosamunde (1824)



Samedi 20 janvier
20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 13€ à 25€
Durée 1h15


Réservation

Compositeur en résidence

Revolutionary Birds

  • 20h30mercredi 18 Octobre 2017

la Scène nationale d'Orléans

Erwan Keravec/Wassim Halal/Mounir Troudi

Une culture à découvrir. Le sonneur Erwan Keravec est, cette saison, artiste en résidence à la Scène nationale d’Orléans. Ses propositions seront, à l’image de l’artiste complet qu’il est, incroyablement diverses et remarquables.


> Découvrez le projet Revolutionary Birds



Issu des voyages du festival La Voix est Libre dans les pays traversés par le souffle du Printemps Arabe, Revolutionary Birds est né de la rencontre avec Mounir Troudi, chanteur soufi devenu l’un des ambassadeurs de la jeunesse tunisienne. Faisant rimer liberté et spiritualité, sa voix profonde renoue avec les racines souterraines qui relient l’extase mystique des chanteurs du Pakistan et du Rajasthan à la ferveur des gitans espagnols ou la transe des confréries du Maghreb. Mise en orbite par les cornemuses vrombissantes de Erwan Keravec et les rythmes savants du percussionniste franco-libanais Wassim Halal, leur musique concilie inspirations individuelles et aspirations collectives en se faisant promesse de richesses, d’expériences et de beauté.



Nos rendez-vous
Mercredi 18 octobre à l'issue du spectacle - Salle Vitez
Rencontre avec les musiciens du Trio



Trio Tunisie/Bretagne/Liban
Cornemuse Erwan Keravec
Percussions Wassim Halal
Chant soufi, poésie Mounir Troudi



Mercredi 18 octobre 20h30 - Salle Vitez
Tarifs de 10€ à 20€
Durée 1h environ


Réservation

Musique

Les Quatre Saisons

  • 20h30jeudi 19 Octobre 2017

la Scène nationale d'Orléans

Les Folies françoises

Patrick Cohën-Akenine a commandé au compositeur mexicain Antonio Juan Marcos une œuvre qui mettrait en musique les quatre sonnets qui ont inspiré à Antonio Vivaldi ses célèbres Quatre Saisons.


> Découvrez l'interview de Antonio Juan Marcos, compositeur de l’œuvre Paesaggi Corporei



> Teaser de l'Ensemble Les Folies françoises




Ces nouvelles pièces seront données en prélude à chacune des Quatre Saisons du Padre Antonio. « Paesaggi Corporei utilise le même ensemble d’instruments que celui qu’utilisent les Folies françoises pour jouer les Quatre Saisons, auquel est ajoutée une soprano qui chantera ou récitera les poèmes. Ce petit orchestre de cordes aura souvent pour fonction de donner l’impression d’un mouvement interne, relatif aux notions de feuillage et de nature. Les deux altos auront pour mission de créer cette impression de mouvement interne dans le registre médian de l’orchestre. L’utilisation du théorbe permettra de mettre en avant une section de cordes pincées, et de créer de nouvelles et excitantes possibilités d’association de timbres. Ces associations seront également explorées en utilisant des sourdines de bois ou de métal sur les cordes, ainsi qu’une préparation du clavecin et d’autres instruments. » Antonio Juan Marcos


_
Nos rendez-vous
Jeudi 19 octobre à l'issue du spectacle - Salle Barrault
Rencontre avec Patrick Cohën-Akenine (directeur de l'ensemble), Maïlys de Villoutreys (soprano) et Antonio Juan-Marcos (compositeur de Paesaggi Corporei)


_
Les Folies françoises
Soprano
Maïlys de Villoutreys
Violon solo, direction Patrick Cohën-Akenine
Violons Aude de La Rouzière, Sophie Iwamura, Laurence Martinaud, Aude Caulé-Lefebvre, Romain Sénac, Cécile Mille
Altos Jean-Luc Thonnerieux, Elisabeth Sordia
Violoncelles François Poly, Raphaël Moraly
Contrebasse Adrien Alix
Clavecin Béatrice Martin
Archiluth Florent Marie
Musiques Antonio Vivaldi Les Quatre Saisons, Antonio Juan Marcos Paesaggi Corporei



Jeudi 19 octobre 20h30 - Salle Barrault
Tarifs 25 et 20 €
Durée 2h


Réservation

Soirée Diotima

Quatuor Zerkalo - Quatuor Diotima

  • 19h00mercredi 15 Novembre 2017
  • 20h30mercredi 15 Novembre 2017
+ horaires

la Scène nationale d'Orléans

Quatuor Diotima

Les concerts du Quatuor Diotima, en résidence à la Scène nationale, seront précédés d’un avant-concert d’un jeune quatuor de l’académie que Diotima dirige à Noirlac chaque année.


> Découvrez le Quatuor Zerkalo



> Découvrez le Quatuor Diotima




Le Quatuor Zerkalo est issu de l'Académie Diotima et se confrontera ce soir au chef-d’œuvre de Béla Bartok Quatuor n°3.

« Ce premier concert de la saison est placé sous le signe de la musique française et de la création contemporaine. Le jeune quatuor Zerkalo issu du cru 2017 de notre académie à Noirlac se confrontera au chef-d’œuvre d’Henri Dutilleux Ainsi la Nuit. Le lyrisme et la précision de cette œuvre retraçant les bruits nocturnes feront écho aux attaques acérées et aux sons effilés du Maître japonais Toshio Hosokawa dont les influences émanent à la fois de son pays natal le Japon et de la culture germanique, formant ainsi une esthétique unique. Philipp Mayer, originaire de Munich et lui aussi élève de la promotion 2017 de notre académie ajoutera à ce concert son sens de la forme et du contrepoint, typiques de la tradition allemande. La deuxième partie du concert présentera les deux monstres sacrés de la musique française du début du XXe siècle, Claude Debussy et Maurice Ravel. Tous deux auteurs d’un seul et unique quatuor, ils n’en ont pas moins honoré le genre par la diversité des influences que contiennent leurs deux œuvres : la danse chez Ravel ou les influences extra-européennes chez Debussy. Brillant compositeur danois, Rune Glerup que le public orléanais avait découvert en 2015, ponctuera cette soirée avec une nouvelle œuvre pour quatuor en création française. » Pierre Morlet



Nos rendez-vous
Mercredi 15 novembre à l'issue du spectacle - Salle Vitez
Rencontre avec le Quatuor Diotima, le Quatuor Zerkalo et les compositeur Philipp Mayer et Rune Glerup.



Quatuor Zerkalo (à 19h)

Violons Paul Serri, Joris Decolvenaer
Alto Victor Guaita Igual
Violoncelle Magdalena Ceple
Musiques Béla Bartok Quatuor n°3, Philipp Mayer, Toshio Hosokawa



Quatuor Diotima (à 20h30)
Violon 1 Yun-Peng Zhao
Violon 2 Constance Ronzatti
Alto Franck Chevalier
Violoncelle Pierre Morlet
Musiques Claude Debussy, Maurice Ravel, Rune Glerup Création française


_
Mercredi 15 novembre, en deux parties, 19h et 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 10€ et 20€
Durée Concert 1 1h
Durée Concert 2 1h10


Réservation

Musique

L'Heure verte

  • 20h30vendredi 24 Novembre 2017

la Scène nationale d'Orléans

La Rêveuse

Vendanges poétiques et musicales en forme de cabaret.


L'Heure Verte est un spectacle "cabaret" loufoque autour des soirées du Chat Noir, haut lieu de création de la Bohème littéraire parisienne. A l'heure de la consécration de la Bohème de Puccini à Paris, d'obscurs ronds de cuir gravissent, leur travail terminé, les pentes de la butte Montmartre et viennent déclamer des vers aux côté d'autres artistes, poètes célèbres, peintres ou musiciens, dans ce lieu indescriptible où se côtoient lanternes en fer forgé, piano et crâne de Louis XIII enfant ! L'Heure verte croise avec humour musiques du début 20ème siècle, compositions de Vincent Bouchot et musique ancienne, embrassant toutes les périodes de l'histoire, du gothique au romantique, à la façon d'Alexandre Dumas. La Rêveuse, ensemble installé à Orléans et fidèle à la Scène nationale de sa Ville, propose ce spectacle musical pour lequel elle a passé commande à Vincent Bouchot et glané, dans une littérature musicale étendue, ce qui s’est fait de mieux en termes de chansons à boire ou après boire.



Nos rendez-vous
Vendredi 24 à l'issue du spectacle - Salle Vitez, Théâtre d'Orléans
Rencontre avec les artistes de l'ensemble La Rêveuse et le compositeur Vincent Bouchot



Mise en scène Vincent Bouchot
Théâtre d’ombre et graphisme Loïc le Gall

Ensemble La Rêveuse
Direction artistique Florence Bolton, Benjamin Perrot
Soprano Eugénie Lefebvre
Alto Paul Figuier
Ténor Vincent Bouchot
Basse Lucas Bacro
Théorbe, luth Pierre Rinderknecht, Benjamin Perrot
Dessus et basse de viole Florence Bolton

Musiques
Vincent Bouchot, Erik Satie, Maurice Ravel, Etienne Moulinié, André de Rosiers de Beaulieu, Gabriel Bataille

Textes
Alphonse Allais, Charles Cros, Maurice Rollinat, Jean Richepin, François Coppée, Paul Marrot…



Vendredi 24 novembre 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 13€ et 25€
Durée 1h environ


Réservation

Concert

Ziryab

  • 17h00dimanche 10 Décembre 2017

la Scène nationale d'Orléans

Daniel San Pedro

Invitation au voyage et à la poésie mêlant le français, l’arabe et l’espagnol aux sons de la musique arabo-andalouse. Tout un symbole !


Invitation au voyage et à la poésie mêlant le français, l’arabe et l’espagnol aux sons de la musique arabo-andalouse. Tout un symbole !

Zyriab, né dans un village kurde de Mossoul et mort à Cordoue, est considéré comme l’inventeur de la musique arabo-andalouse au IXe siècle. Sa biographie a été écrite par Jesus Greus, historien et artiste espagnol. Cette histoire vraie, écrite comme un conte des mille et une nuits, est celle d’un artiste incroyable, ayant vécu dans une période fascinante. Un artiste visionnaire, humaniste, un génie. Comment ne pas penser à aujourd’hui, en lisant la vie de Ziryab ? Nous vivons actuellement en Europe une situation assez similaire à celle d’Al-Andalus. Nos sociétés sont issues de diverses communautés qui cohabitent et vivent en harmonie. Oui, en harmonie car même s’il y a des conflits, des difficultés à accepter les différences, les religions, les coutumes de chacun, malgré les attentats, les provocations, la montée des extrêmes et des intégrismes, nous arrivons à vivre ensemble. Il paraît plus que jamais essentiel de raconter cette histoire aujourd’hui, de travailler avec des artistes marocains, de mélanger le français, l’arabe et l’espagnol. Et cela pourrait bien commencer par : Il était une fois à Bagdad…



À partir de 10 ans
Création franco / marocaine / espagnole
D’après Jesus Greus
Mise en scène, adaptation Daniel San Pedro
Traduction en arabe Roukaya Benjelloun
Comédiens Fatym Layachi, Daniel San Pedro
Musicien Mhamed El Menjra
Scénographie
Aurelie Maestre
Costumes
Caroline De Vivaise



Dimanche 10 décembre 17h − Salle Barrault
Tarifs de 10€ et 20€
Durée 1h15


Réservation

Agenda
Les 20 prochaines dates :

up down + Voir toutes les dates

Les partenaires