• 20h30jeudi 29 Janvier 2015

À l’Agité du bocal

Scène nationale d'Orléans

  • Musique Bernard Cavanna
  • Texte Louis-Ferdinand Céline
  • Ars Nova, ensemble instrumental
  • Direction Philippe Nahon
  • Ténors Christophe Crapez, Paul-AlexandreDubois, Euken Ostolaza
  • Clarinette Éric Lamberger
  • Saxophone Jacques Charles
  • Cor Patrice Petitdidier
  • Trompette FabriceBourgerie
  • Trombone Patrice Hic
  • Tuba Philippe Legris
  • Accordéon PascalContet
  • Percussions Isabelle Cornélis, Didier Plisson
  • Violon BénédicteTrotereau
  • Alto Alain Tresallet
  • Violoncelle Isabelle Veyrier
  • Contrebasses Tanguy Menez, Bernard Lanaspèze
  • Cornemuses Mickaël Cozien, Quentin Viannais
  • Orgue de Barbarie Pierre Charial
  • Cymbalum Mihaï Trestian
  • Son Christophe Hauser
  • En prélude
  • Bernard Cavanna L’accord ne muse pas la nuit ni le jour (création), R1 (création)
  • Sonneurs Erwan Keravec, Mickaël Cozien, Quentin Viannais

Jeudi 29 janvier 20h30 - Salle Barrault
Renseignements 02.38.62.75.30
Location à partir du mardi 2 septembre
Durée 1h15

En novembre 1947, alors qu’il est en exil au Danemark, poursuivi (et condamné) pour ses faits de collaboration, Céline répond par un pamphlet virulent au “Portrait d’un antisémite” dressé à son encontre par Jean-Paul Sartre deux ans plus tôt. Sans concessions aucune, À l’Agité du bocal est une vocifération écrite. Céline y met toute sa verve, sa truculence, son aigreur et sa méchanceté aussi.

Fasciné par cette violence mêlée de beauté et de grâce, Bernard Cavanna a voulu relever le défi et mener à bien ce projet insensé: faire un “bousin pour trois ténors et orchestre de foire” d’un texte de Céline, le bien-haï écrivain du siècle. Autour de la “petite musique”, du “chant intime” de Céline qui crée de l’émotion en mélangeant mots savants et gouaille populaire, Bernard Cavanna a tissé sa propre musique, savante et populaire elle aussi, pour inventer quelque chose d’absolument nouveau qui appartient totalement à l’un et à l’autre.
Hybride, puissante, À l’Agité du bocal est une pièce à la démesure de son génial et sulfureux inspirateur. Avec un ensemble de dix-huit musiciens unissant bois, cuivres, cordes, percussions, cornemuse, accordéon, cymbalum, orgue de Barbarie et trompe de chasse, Bernard Cavanna manie avec superbe l’art de l’orchestration, ainsi que celui de l’impertinence. Pour l’ouverture, Bernard Cavanna écrira deux nouvelles pièces pour la cornemuse de Erwan Keravec, pour faire triptyque avec celle que nous avions déjà entendue le 19 juin 2013.

> Rencontre avec les artistes à l'issue du spectacle
Jeudi 29 À l'Agité du bocal