Accueil > Musique > Le Tricollectif > saison 2017-2018

Soirées Tricot

Ours / Duo

  • 20h30vendredi 01 Juin 2018

la Scène nationale d'Orléans

Le Tricollectif

Ultime rendez-vous avec le Tricollectif cette saison. See you !


> Découvrez le groupe Ours en live



> Découvrez le programme complet des Soirées Tricot



Un luthier des temps modernes qui a tout à voir avec un saxophoniste / Un ciné-concert qui n’a rien à voir avec J.-J. Annaud

La musique d’Ours est une invitation à bondir par-delà la colline, à se laisser aller dans une transhumance enchantée. Ce trio chargé d’énergie nous emporte alors dans des élans tourbillonnants. On est happé par cette forme azimutée de musique trad’ et d’ardeur industrieuse. Les appuis, les accents, les timbres fleurent bon le rock voire le métal. Tout s’y joue à l’instinct. Ours arrive. Faut qu’ça guinche ! Les gardes champêtres n’ont qu’à bien se tenir ! Pour cette création, le trio devient quartet avec le film de Jean-Pascal Retel.



Ours le film
Vielle à roue
Romain Baudoin
Batterie, Bestiole Adrien Chennebault
Percussions, boîtes à bourdons Florian Satche
Film Jean-Pascal Retel




Suite à une première rencontre dans le cadre des Soirées Tricot 2016, Gabriel Lemaire, aux saxophones et à la clarinette, et Anton Mobin, à la chambre préparée, instrument qu’il a créé, se lancent dans une aventure à deux. Leurs parcours musicaux, bien que très différents l’un de l’autre, les amènent sur un terrain commun, où l’improvisation et l’expérimentation sont au cœur d’un monde sonore en mouvement.



Duo Lemaire / Mobin
Saxophones alto, baryton, clarinette
Gabriel Lemaire
Chambre préparée Anton Mobin



Vendredi 1er juin 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 10€
Durée NC


Réservation

Soirées Tricot

Celui qui transporte des œufs ne se bagarre pas / La Scala

  • 20h30vendredi 23 Mars 2018

la Scène nationale d'Orléans

Le Tricollectif

Laboratoire d’expérimentations musicales d’une nouvelle génération jazz libre. Neuf soirées dans la saison, pour deux concerts par soir. Dans une salle Vitez comme un caveau jazz !


> Découvrez le groupe La Scala en live




> Découvrez le programme complet des Soirées Tricot



Bestiaire acoustico-endiablé/Proverbes de Kinshasa

Moto amemi maki abundaka te (Celui qui transporte des œufs ne se bagarre pas) est un proverbe, en lingala, la langue bantoue parlée à Kinshasa. Sur une proposition du festival Africolor, Roberto Negro décide de réaliser un projet autour de Kinshasa, ville où il a passé toute son enfance, jusqu’à l’âge de 14 ans, capitale d’un pays en proie aux multinationales du monde entier, et qui est au cœur d’une guerre qui dure depuis trop longtemps, à l’est du pays. Mais Kinshasa est aussi le royaume de la Sape et du N’dombolo, un foyer débordant de vie et de créativité, où la froideur des lois du commerce libre n’a pas glacé la parole et la musique qui tentent de préserver, elles aussi, leur liberté.



Celui qui transporte des œufs ne se bagarre pas
Guitare Kojack Kossakamvwe
Percussions Augustin Mbayi
Claviers Roberto Negro
Violoncelle Valentin Ceccaldi



L’ère du vivant est ici à l’honneur. La Scala nous présente son tout nouveau bestiaire à quatre têtes, huit pattes et deux bras – ailes et nageoires sont comprises. Florilège animal et chimères en bataille, cette symphonie safari vous propose d’apprivoiser le panda qui est en vous. Plongez dans les intimes rêveries du pélican ou invitez-vous au cœur de l’œuf du diplodocus. Chevauchez l’hippocampe si vous osez, et laissez-le vous conter sa geste épique. Venez donc à l’affût, tout animal que vous êtes, prêts à guetter le moindre son, à débusquer le moindre fruit, à aboyer en meute.



La Scala Zoooo
Violon Théo Ceccaldi
Violoncelle Valentin Ceccaldi
Batterie Adrien Chennebault
Piano Roberto Negro



Vendredi 23 mars 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 10€
Durée NC


Réservation

Soirées Tricot

SNAP /Dass Schloss

  • 20h30jeudi 22 Mars 2018

la Scène nationale d'Orléans

Le Tricollectif

Laboratoire d’expérimentations musicales d’une nouvelle génération jazz libre. Neuf soirées dans la saison, pour deux concerts par soir. Dans une salle Vitez comme un caveau jazz !


> Découvrez le programme complet des Soirées Tricot



Zapping numérico-industrialisé par-ci / Verbes de Kafka par-là

Snap se situe à équidistance de Santa cruz et Tokyo. La place parfaite pour secouer le monde comme un cocktail. Snap fonctionne tel un monde plat et rhizomatique surgissant de manière souterraine et contingente. Afin de transformer l’acte musical, tranchant et microscopique comme des quantas, la projection vidéo et la scénographie sont utilisées afin de présenter le côté macroscopique de la musique. Snap offre ainsi un déplacement, celui du concert à l’architecture, celui de la musique à l’art plastique et celui de l’auditeur au flâneur.



Snap
Cut-up is a dance(r)

Guitare électrique Julien Desprez
Claviers Clément Édouard
Batterie Yann Joussein
Mapping vidéo Jean-Pascal Retel



"Il était tard lorsque K. arriva. Une neige épaisse couvrait le village. La colline était cachée par la brume et par la nuit, nul rayon de lumière n’indiquait le grand Château. K. resta longtemps sur le pont de bois quimenait de la grand-route au village, les yeux levés vers ces hauteurs qui semblaient vides. " Franz Kafka, Le Château. Comme le célèbre K., ces musiciens improvisateurs, aventuriers et aventureux s’efforceront de percer cette couche, épaisse, poisseuse, de brouillard pour y trouver la lumière.



Das Schloss
Guitare Aknine
Trompette Cappozzo
Batterie Loutelier
Contrebasse Quaresimin



Jeudi 22 mars 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 10€
Durée NC


Réservation

Soirées Tricot

Péplum / Pelouse

  • 20h30mercredi 24 Janvier 2018

la Scène nationale d'Orléans

Le Tricollectif

Laboratoire d’expérimentations musicales d’une nouvelle génération jazz libre. Neuf soirées dans la saison, pour deux concerts par soir. Dans une salle Vitez comme un caveau jazz !


> Découvrez le groupe Pelouse en live



> Découvrez le programme complet des Soirées Tricot



Fantazio raconte la mère de Godzilla / Xavier Machault chante la mère de ses enfants

Théo Ceccaldi était en résidence à la Dynamo de Banlieues Bleues et Fantazio rentrait d’un an de pension à la Villa Médicis de Rome. Et le violoniste a invité le contrebassiste, chanteur et improvisateur, « punk encore vivant, bateleur amuseur d’enfants » pour cette nouvelle création. La matière ? Dix mélodies intimes, qui tournent depuis longtemps dans la tête et le corps de Fantazio. Des thèmes simples qu’il aime, entre une ritournelle à la Kurt Weill, une berceuse de Jiminy Cricket, une ballade pour crooner rockabilly, une chanson à la Nancy Sinatra, période Lee Hazlewood, et la bande son d’un péplum de Kurosawa… Dix morceaux qui n’attendaient qu’un beau manteau pour sortir, et nous embarquer dans un voyage sonore cinématographique. Dans le rôle de l’habilleur, Théo Ceccaldi a composé une équipe haute-couture, sur mesure, avec une jeune bande d’artificiers qui partagent avec lui le goût du dérapage contrôlé.



Péplum Fantazio & Théo Ceccaldi
Contrebasse, voix, composition Fantazio
Violon, composition, arrangements Théo Ceccaldi
Clarinette basse, saxophones, claviers Antonin Tri-Hoang
Piano, piano préparé, claviers Roberto Negro
Violoncelle Valentin Ceccaldi
Percussions, métaux, électroniques Benjamin Flament




Pelouse
est un concentré de musiques acoustiques et électroniques, dessinant un pont entre le rock indépendant et la chanson contemporaine. À l’image des compositions musicales, les textes de Xavier Machault naviguent entre récits noirs et accès surréalistes. Écho à notre monde fissuré et absurde, Pelouse n’a pas peur de nous mener vers des abîmes. Mais maniant l’art du décalage avec finesse, le trio ne tombe jamais dans le sérieux et le sinistre. Dans le fond comme dans la forme, Pelouse frôle joyeusement les limites du raisonnable.



Pelouse
Chant, textes
Xavier Machault
Violoncelle, composition
Valentin Ceccaldi
Saxophone, claviers
Quentin Biardeau



Mercredi 24 janvier
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 10€
Durée NC


Réservation

Soirées Tricot

Lunar Error / Grand Petit Animal

  • 20h30vendredi 23 Février 2018

la Scène nationale d'Orléans

Le Tricollectif

Laboratoire d’expérimentations musicales d’une nouvelle génération jazz libre. Neuf soirées dans la saison, pour deux concerts par soir. Dans une salle Vitez comme un caveau jazz !


> Ecoutez le groupe Grand Petit Animal



> Découvrez le programme complet des Soirées Tricot



Minimalisme façon silences de l’infini / Folk façon haïkus des tranchées

Après une période d’intenses recherches sur les possibilités de l’improvisation libre en large ensemble, Lunar Error, formé en novembre 2015, est à ce jour autant animé par des compositions que par des concerts improvisés. Aujourd’hui composé de dix membres, l’ensemble est un terrain de jeu propice aux différentes tentatives sonores issues de ses rangs mais également ouvert à des compositeurs invités ou ayant formulé le souhait d’écrire une pièce pour lui.



Lunar Error
Clarinettes, saxophone alto Matthieu Lebrun
Saxophone baryton Mathieu Lilin
Saxophones Gabriel Lemaire
Cithare, piano Francois Ella-Meyé
Gangsa gantung,harmonium indien Claude Colpaert
Orgue, table de mixage, micros contact Thomas Coquelet
Banjo, objets Léo Rathier
Guitare, effets Paul Ménard
Guitare, gong Pierre Denjean
Batterie incomplète Quentin Conrate




Le Grand Petit Animal pose son regard sur un conflit entamé il y a un siècle. C’est à travers les mots d’un soldat poète qui a décrit son univers sans fard que nous avons choisi de raconter le nôtre, en gardant à l’esprit ce qui nous lie à cet homme et ce qui nous en différencie, ce qui nous déshumanise et ce qui fait en nous humanité. La musique du Grand Petit Animal veut agir contre la folie du pouvoir, combattre l’absurdité de tous les carnages et participer à la mise en œuvre d’un avenir commun.



Grand Petit Animal
Composition violon
Baltazar Montanaro
Chant
Fabiola Augusta
Fender Rhodes
Farfiza Julien Padovani
Batterie, bestiale, polémophone
Adrien Chennebault



Vendredi 23 février
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 10€
Durée NC


Réservation

Soirées Tricot

Métanuits / Fil

  • 20h30mercredi 20 Décembre 2017

la Scène nationale d'Orléans

Le Tricollectif

Laboratoire d’expérimentations musicales d’une nouvelle génération jazz libre. Neuf soirées dans la saison, pour deux concerts par soir. Dans une salle Vitez comme un caveau jazz !


> Découvrez le groupe Métanuits en live




> Découvrez le programme complet des Soirées Tricot



Corps-à-corps avec György et Ligeti / Cordes-à-cordes avec Martial et Ceccaldi

Roberto Negro et Emile Parisien jouent en toute liberté les virtuoses et facétieuses Métamorphoses nocturnes de György Ligeti dans une adaptation aussi généreuse et foudroyée que pleine de révérence à l’égard du grand maître. « Résultat parfait, étonnant de justesse, qui permet d’apprécier les moments de galop, les instants suspendus de tendresse, les acharnements, l’envol, la légèreté et la grâce ». Philippe Méziat, Jazz Magazine



Métanuits
Piano Roberto Negro
Saxophone Emile Parisien




Le décor est un fil tendu vers l’horizon, quelques chansons flottant comme des âmes errantes (Fauré, Purcell, Berio) et un désir immense de jouer avec l’instant.
« Veillant à capter la beauté fugace du moindre son, mais toujours prêts à larguer les amarres. En quête d’un folklore imaginaire. » Frédéric Goaty, Jazz Magazine



Fil
Voix, pédales d’effet Leïla Martial
Violoncelle Valentin Ceccaldi



Mercredi 20 décembre 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 10€
Durée NC


Réservation

Soirées Tricot

Volga / Das Kapital

  • 20h30samedi 02 Décembre 2017

la Scène nationale d'Orléans

Le Tricollectif

Laboratoire d’expérimentations musicales d’une nouvelle génération jazz libre. Neuf soirées dans la saison, pour deux concerts par soir. Dans une salle Vitez comme un caveau jazz !


> Découvrez le programme complet des Soirées Tricot



Maïakovski scande la lutte / Marx sings the blues. Rendez-vous mensuel. En deux temps, deux concerts. Chaque soirée croisera des créations estampillées Tricot et des groupes spécialement invités pour un programme tout en contrastes et en décontraction.


Une épopée électro-poétique en compagnie de Vladimir Maïakovski. Habité par sa lutte contre l’injustice, Maïakovski est un poète de l’utopie, du progrès à tout prix. « Futuriste » il rejette la tradition esthétique et exalte le monde moderne, en particulier la civilisation urbaine, la machine et la vitesse. Du futurisme au culte prolétarien il a secoué le verbe et déconstruit la poésie. Mais sa poésie essentiellement sonore est parfois d’une lecture malaisée. Déterrer son poème 150000000 à l’approche du 100e anniversaire de la révolution russe est l’occasion parfaite pour (re)découvrir la poésie de ce très grand poète au moyen d’une œuvre musicale qui aidera l’auditeur/spectateur à saisir tout le sens du poème, notamment musical et rythmique.



Volga
Clarinettes Sacha Gillard
Machines, saxophones Simon Couratier
Guitare Thibault Florent
Voix Benoît Chrétien
Scénographie, lumières Alessandro Vuillermin
Son Aurélien Clarambaux




« Das Kapital revendique une “démarche globale” faite d’une curiosité sans borne, du désir d’inventer et de trouver dans et au-delà de la musique toute forme d’expression nouvelle, d’étendre le domaine musical à tous les possibles de l’univers artistique. Projet immense, “politique et esthétique”, selon leurs termes, mais qu’ils abordent avec une simplicité désarmante. » TSF Jazz



Das Kapital
Kind of red

Saxophones Daniel Herdmann
Batterie Edward Perraud
Guitare Hasse Poulsen



Samedi 2 décembre 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 10€
Durée NC


Réservation

Soirées Tricot

Princesses!/Que Vola

  • 20h30vendredi 10 Novembre 2017

la Scène nationale d'Orléans

Le Tricollectif

Laboratoire d’expérimentations musicales d’une nouvelle génération jazz libre. Neuf soirées dans la saison, pour deux concerts par soir. Dans une salle Vitez comme un caveau jazz !


> Découvrez le groupe Princesse ! en live




> Découvrez le programme complet des Soirées Tricot



Rumba made in Cuba vs comte de fée made in Castorama. Laboratoire d’expérimentations musicales d’une nouvelle génération jazz libre.

Princesses, ce n’est pas un conte de fées. C’est un mythe, celui de la machine, renvoyé dans les cordes de l’humain. Princesses, c’est une danse gracile et périlleuse sur le mâchefer de notre société. C’est la prose et la poésie au contact d’une musique organique et d’un décor sonore industriel.



Princesses !
Piano préparé Roberto Negro
Grosse caisse symphonique Florian Satche
Récitant Pierre Dodet




Inspirée des chants traditionnels de rumba qui accompagnent les cérémonies yorubas, la musique écrite par Fidel Fourneyron est une proposition de rencontre entre trois percussionnistes, étoiles montantes de la rumba à La Havane, et la nouvelle génération de musiciens français. Il réunit des improvisateurs des deux pays, sur le terrain des traditions, rituels, imaginaires, codes et langages musicaux des deux cultures. La rumba est une tradition musicale cubaine exécutée uniquement aux percussions et à la voix. C’est une musique extrêmement riche rythmiquement et mélodiquement dont les codes (les claves) sont des pistes d’explorations inhabituelles et stimulantes pour la composition et pour l’improvisation. Jouant le rôle des chanteurs traditionnels yorubas, les cuivres seront les prêcheurs de cette cérémonie inédite, réveillant en chacun de nous anges et démons d’un folklore imaginaire bien vivace.



Que Vola ?
Percussions, chants Adonis Panter Calderon, Barbaro Crespo Richard, Ramon Tamayo Martinez
Trombone, direction musicale Fidel Fourneyron
Contrebasse, codirection musicale Thibaut Soulas
Trompette Aymeric Avice
Saxophone ténor, clarinette Hugues Mayot
Saxophone alto, baryton Benjamin Dousteyssier
Fender Rhodes Bruno Ruder



Vendredi 10 novembre 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 10€
Durée 2h30


Réservation

Soirées Tricot

Kamato / Grand Orchestre du Tricot

  • 20h30mercredi 11 Octobre 2017

la Scène nationale d'Orléans

Le Tricollectif

Laboratoire d’expérimentations musicales d’une nouvelle génération jazz libre. Neuf soirées dans la saison, pour deux concerts par soir. Dans une salle Vitez comme un caveau jazz !


> Découvrez l'envers du décor avec le Grand Orchestre du Tricot




> Découvrez le programme complet des Soirées Tricot



« Florian Satche nous invite dans l’intimité de son atelier. Observateur passionné du corps et de la sérénité de l’artisan face à la forge, au bois ou à la pierre, il nous donne à regarder et à écouter son façonnage de la matière sonore. Seul, derrière sa grosse caisse symphonique et au milieu de ses boîtes à bourdons, il nous offre un ballet tout en patience et en précision. Inspirée par le dialogue et les souvenirs de son grand-père ébéniste et du taillandier Bernard Solon, Kamato est une pièce qui se construit geste après geste, dans l’ardeur et la vulnérabilité. » Robin Mercier, Le Tricollectif



Kamato (sortie de disque)
Grosse caisse symphonique, boîtes à bourdons… Florian Satche




« Gros bisous et folle guinguette, grand format, strasset paillettes. Après l’immense succès rencontré lors des Soirées Tricot 2015, le Grand Orchestre du Tricot revient pour interpréter les plus belles chansons d’amour de la dame en bleu et fêter la sortie du disque Tribute to Lucienne Boyer. » Robin Mercier, Le Tricollectif



Grand Orchestre du Tricot Tribute to Lucienne Boyer (sortie de disque)
Chant Angela Flahault
Piano, arrangements Roberto Negro
Violon, arrangements Théo Ceccaldi
Violoncelle, arrangements Valentin Ceccaldi
Saxophones, clarinettes Gabriel Lemaire
Clarinettes Sacha Gillard
Saxophones David Sevestre
Trombone Alexis Persignan
Guitare, banjo Eric Amrofel
Basse électrique Stéphane Decolly
Batterie Florian Satche



Mercredi 11 octobre
20h30 - Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 10€
Durée 2h05 environ


Réservation

Agenda
Les 20 prochaines dates :

up down + Voir toutes les dates

Les partenaires