Accueil > Musique > Musique > saison 2018-2019

Musique opératique

Einstein on the Beach

  • 20h30mardi 04 Juin 2019

la Scène nationale d'Orléans

Collegium Vocale Gent /Ensemble Ictus /Suzanne Vega

Un grand chef-d’œuvre du XXe siècle par des musiciens d’exception, cette version de concert d’Einstein on the Beach propose une approche musicale pure de la partition complète du légendaire opéra de Philip Glass et Robert Wilson.



Légendaire opéra de Philip Glass et Robert Wilson, grand chef-d’œuvre du XXe siècle, à découvrir en version concert avec des musiciens de talent et une narratrice d'exception, Suzanne Vega.

Ici les instruments virtuoses, les parties chantées et la structure cristalline de la pièce sont renforcés par une approche spécifique au lieu et un design sonore sophistiqué. Il s’agit de créer un bain sonore minimaliste de plus de trois heures qui se reconnecte à la fraîcheur et la radicalité du minimalisme précoce.La porte de la salle de concert reste ouverte tout au long de la représentation (le public est librede circuler) et l’écart entre la scène et le public s’estompe grâce à l’installation visuelle de Germaine Kruip. Il s’agit aussi de montrer des musiciens au travail. Dans un espace et un temps partagés avec le public, structurés par la musique, ils jouent les différentes parties de l’œuvre dans différents espaces de la scène, sont en salle quand ils ne jouent pas, entourent le public ou jouent frontalement, transformant la salle de concert en un environnement visuel et auditif.


-
Musique Philip Glass
Textes Christopher Knowles, Samuel M. Johnson, Lucinda Childs
Narratrice Suzanne Vega
Direction musicale Georges-Elie Octors
Assisté par Tom De Cock
Chef de chœur Maria van Nieukerken
Scénographie Germaine Kruip
Dramaturgie Maarten Beirens

Collegium Vocale Gent

Sopranos Joowon Chung, Magdalena Podkoscielna, Charlotte Schoeters
Altos Sofia Gvirts, Karolina Hartman, Cécile Pilorger
Ténors Malcolm Bennett, Peter di Toro, Hitoshi Tamada
Basses Charles Dekeyser, Julian Millán, Bart Vandewege

Ensemble Ictus
Violon Igor Semenoff
Flûtes Michael Schmid, Chryssi Dimitriou
Claviers Jean-Luc Fafchamps, Jean-Luc Plouvier
Clarinette basse, saxophone soprano Dirk Descheemaeker
Saxophones alto, soprano Asagi Ito
Son Alexandre Fostier


-
Mardi 4 juin
20h30 − Salle Touchard
Tarifs de 13€ à 25€
Durée 3h30 environ


Réservation

Ensemble Cairn

Regards sur Georg Philipp Telemann

  • 20h30mercredi 15 Mai 2019

la Scène nationale d'Orléans

Musique ancienne d’aujourd’hui

Le projet Regards sur G.P. Telemann s’inscrit dans la tradition des projets de transcriptions initiés depuis quelques années par l’Ensemble Cairn. Dans la poursuite de cette recherche des écritures d’hier et d’aujourd’hui, ce projet propose une nouvelle partition en regard du répertoire de Telemann et des instruments anciens.



Dans la poursuite de cette recherche des écritures d’hier et d’aujourd’hui, ce projet propose une nouvelle partition en regard du répertoire de Telemann et des instruments anciens.

Les musiciens du trio à cordes de l’Ensemble Cairn, tous issus dans leurs parcours, d’une pratique de la musique ancienne, rencontrent la claveciniste Violaine Cochard pour un programme associant œuvres du compositeur allemand et commande de composition. Pour ce programme, Cairn a sollicité le compositeur allemand, Johannes Schöllhorn, qui sera présent à ce concert aux côtés de l’ensemble. Regards sur G.P. Telemann est ainsi l’occasion de lier le compositeur et son histoire, témoignage d’une identité et d’une certaine manière d’écouter le passé.


-
Clavecin Violaine Cochard

Ensemble Cairn

Violon baroque Naaman Sluchin
Alto baroque Cécile Brossard
Viole de gambe Frédéric Baldassare

Johannes Schöllhorn Grisaille (création)
Georg Philipp Telemann Sonates en trio


-
Mercredi 15 mai
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 10€ à 20€
Durée NC


Réservation

Soirée Diotima

Quatuor Kuss

  • 20h30mardi 21 Mai 2019

la Scène nationale d'Orléans

Musique de chambre

Le Quatuor Kuss, basé à Berlin depuis sa formation en 1993, est le digne héritier de l’excellente école allemande. Ils ont choisi de nous donner les incroyablement célèbres quatuors Razumovsky dans lesquels ils pourront faire la preuve de leur technique éblouissante et de leur très grande complicité.



Ecoutez le Quatuor Kuss



Le Quatuor Kuss est le digne héritier de l’excellente école allemande. Ils ont choisi de nous donner les incroyablement célèbres quatuors Razumovsky dans lesquels ils pourront faire la preuve de leur technique éblouissante et de leur très grande complicité.

Les quatuors opus 18 de Ludwig van Beethoven marquent le dernier « Cahier de 6 » dans l’écriture pour quatuor à cordes. Anton Webern décrit ces pièces comme le point culminant de l’écriture classique et, selon lui, elles sont essentielles à la pensée du XXe siècle. Beethoven a déjà 29 ans… Et maintenant ? Que se passe-t-il après ? Le vrai maître ne se copie pas, il est un inventeur. Il n’y a pas encore de sons étranges, pas d’affrontements extrêmes. Mais nous sommes soudainement devant les pièces les plus longues de la musique de chambre. Dans certains mouvements, Ludwig van Beethoven s’interroge sur la tonalité, et parcourt des zones inexplorées. Les Adagio n’ont jamais touché des états émotionnellement plus profonds, les parties individuelles n’ont jamais été aussi difficiles. Nous ne pouvons qu’accepter le défi, être étonnés, reconnaissants. Oliver Wille, violoniste du Quatuor Kuss


-
Quatuor Kuss

Violons Jana Kuss, Oliver Wille
Alto William Coleman
Violoncelle Mikayel Hakhnazaryan

Ludwig van Beethoven Quatuors Razumovsky opus 59 n° 1, n° 2, n° 3


-
Mardi 21 mai
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 13€ à 25€
Durée NC


Réservation

Soirée Diotima

Quatuor Belcea

  • 20h30mardi 19 Mars 2019

la Scène nationale d'Orléans

Musique de chambre

Le Quatuor Belcea est l’un des plus extraordinaires quatuors de sa génération, fondé à Londres en 1994. Il nous propose un programme constitué de trois chefs-d’œuvre de la littérature de quatuor de trois compositeurs de génie à l’apogée de leur art.



Ecoutez le Quatuor Belcea



Le Quatuor Belcea est l’un des plus extraordinaires quatuors de sa génération, fondé à Londres en 1994. Il nous propose un programme constitué de trois chefs-d’œuvre de la littérature de quatuor de trois compositeurs de génie à l’apogée de leur art.

Haydn, père fondateur du quatuor, atteint un sommet du genre avec le très célèbre quatuor Les Quintes. Le 3e quatuor de Britten et l’opus 132 de Beethoven sont en quelque sorte leurs « chant du cygne ». Britten compose son 3e quatuor se sachant malade, proche de la mort. Il s’agit de la dernière œuvre qu’il achèvera, mais elle n’est empreinte ni de pathos ni de nostalgie, bien au contraire. Tout juste cite-t-il dans le 3e mouvement son opéra Mort à Venise issu de la nouvelle de Thomas Mann. Beethoven, quant à lui, écrit son opus 132 à la suite d’une maladie dont il ne guérira que provisoirement et qui l’emportera finalement quelque temps après. Le mouvement lent est sans doute l’un des moments les plus musicalement métaphysiques de l’histoire du quatuor. Il écrit d’ailleurs en ouverture de ce mouvement : Remerciements d’un convalescent à la divinité.


-
Quatuor Belcea

Violons Corina Belcea, Axel Schacher
Alto Krzysztof Chorzelski
Violoncelle Antoine Lederlin

Joseph Haydn Quatuor à cordes n° 76, Les Quintes opus 76.2
Benjamin Britten Quatuor à cordes n° 3
Ludwig van Beethoven Quatuor à cordes n° 15, opus 132


-
Mardi 19 mars
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 13€ à 25€
Durée NC


Réservation

Théâtre musical

L’Au-Delà

  • 20h30vendredi 29 Mars 2019

la Scène nationale d'Orléans

Laëtitia Pitz - Roland furieux

De cette compagnie, nous avons présenté, dans le cadre des Soirées performances 2018, Mevlido appelle Mevlido. La démarche artistique de la compagnie Roland furieux, de Heiner Müller à Didier-Georges Gabily, via Samuel Beckett et Antoine Volodine, s’inscrit dans un travail de créolité entre texte et création musicale.



Découvrez le teaser de L'Au-Delà, spectacle de théâtre musical



De cette compagnie, nous avons présenté, dans le cadre des Soirées performances 2018, Mevlido appelle Mevlido. La démarche artistique de la compagnie Roland furieux, de Heiner Müller à Didier-Georges Gabily, via Samuel Beckett et Antoine Volodine, s’inscrit dans un travail de créolité entre texte et création musicale.

Didier-Georges Gabily ouvre L’Au-Delà par un poème de Jean de La Croix. Cet exergue éclaire cet écrit-récit qui fait se rencontrer la figure universelle d’œdipe et celle des mendiants. L’Au-Delà commence par une nouvelle histoire de chute. Nous suivons le regard d’un homme à la dérive, sa courbure, sa démolition aux côtés d’autres individus que la communauté protectrice n’intègre plus dans sa fonction d’hospitalité. Une vie jetée dans l’ombre court après son propre jour. Depuis la fragile dignité du nom reçu des mendiants, Silencieux porte une parole homérique. De sa quête dans la nuit, il reçoit la parole – tels des aveux – de ceux à qui on ne donne plus voix, les dézingués, les naufragés. Les écouter, accueillir leurs paroles et les transfigurer lui permettra de garder sa taille d’homme. Des histoires de chutes et de relèvements, ça doit pouvoir encore s’écrire pour ceux qui peuvent encore le dire à ceux qui peuvent encore l’entendre, disait Didier-Georges Gabily.


-
Compagnie Roland furieux

Adaptation, mise en scène Laëtitia Pitz
D’après le roman de Didier-Georges Gabily (éditions Actes Sud, 1992)
Acteurs, musiciens Elsa Canovas, Benoit Di Marco, Didier Menin, Mawen Noury, Arnaud Paquotte, Camille Perrin, Jean-Christophe Quenon, François Rodinson, Emilie Skrijelj
Collaboratrice artistique Anaïs Pélaquier
Plasticien sonore, musicien Arnaud Paquotte
Regard dramaturgique Despina Nikiforaki
Spatialisation sonore numérique Romain Vuillet
Lumière Christian Pinaud
Regard scénographique Agnès Gorchkoff

À partir de 15 ans


-
Vendredi 29 mars
20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 10€ à 20€
Durée NC


Réservation

Soirée Diotima

Quatuor Diotima #3

  • 20h30mardi 02 Avril 2019

la Scène nationale d'Orléans

Musique de chambre

Ce troisième programme est tourné autour de la figure de Béla Bartók, dont le Quatuor Diotima vient de réaliser en Allemagne l’enregistrement de l’intégrale des quatuors. Des années de concerts, de discussions, de lectures et de voyages ont préparé le fascinant défi de cette ascension périlleuse.



Ecoutez et découvrez le Quatuor Diotima



Ce troisième programme est tourné autour de la figure de Béla Bartók, dont le Quatuor Diotima vient de réaliser en Allemagne l’enregistrement de l’intégrale des quatuors. Des années de concerts, de discussions, de lectures et de voyages ont préparé le fascinant défi de cette ascension périlleuse.

C’est son 4e quatuor, figure centrale de l’histoire artistique de la première moitié du XXe siècle, qui est sans doute l’un des plus extraordinaire et innovant, qui est choisi pour ce concert. Deux autres chefs-d’œuvre accompagnent ce Béla Bartók. Le quatuor opus 131 de Ludwig van Beethoven est une des sources d’inspiration de Béla Bartók les plus fortes, en particulier sur le plan de la forme, si particulière ici. La pièce est en sept mouvements enchaînés, partant d’une fugue au caractère presque religieux, et se terminant sur une chevauchée fantastique. Le quatuor de Rebecca Saunders, Unbreathed, se présente comme un écho contemporain au travail de Béla Bartók : utilisation de matériaux préexistants, projection de l’ancien dans le moderne, surexpressivité et inventivité rythmique. Mais aussi moments de chants merveilleusement éplorés.


-
Quatuor Diotima

Violon 1 Yun-Peng Zhao
Violon 2 Constance Ronzatti
Alto Franck Chevalier
Violoncelle Pierre Morlet

Béla Bartók Quatuor à cordes n° 4
Rebecca Saunders Unbreathed
Ludwig van Beethoven Quatuor à cordes n° 14, opus 131


-
Mardi 2 avril
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 10€ à 20€
Durée NC


Réservation

Théâtre musical

Chants d’Enfonçures

  • 20h30mercredi 03 Avril 2019

la Scène nationale d'Orléans

Martine Venturelli

Créé et dirigé par Martine Venturelli, l’Atelier Recherche Scène (1+1=3) est depuis 1998 un lieu d’échanges, de recherches et de complicités. Traverser les questions de la scène avec les affinités de chacun (arts plastiques, musique, vidéo), est le cœur de projet artistique de l’Atelier.



Créé et dirigé par Martine Venturelli, l’Atelier Recherche Scène (1+1=3) est depuis 1998 un lieu d’échanges, de recherches et de complicités. Traverser les questions de la scène avec les affinités de chacun (arts plastiques, musique, vidéo), est le cœur de projet artistique de l’Atelier.

Découverte pour la première fois à Orléans dans le cadre des Soirées performances 2017, pour la création Appontages, Et le flot dépassa ma sandale…, la metteure en scène nous revient avec ce nouveau projet dont le matériau de départ est le texte Enfonçures, Cinq rêves de théâtre en temps de guerre suivi de Trois chansons de l’écrivain et metteur en scène Didier-Georges Gabily. La guerre dont il parle est celle du Golfe. Le texte poétique, édité en 1993 et constitué de fragments, est travaillé par Martine Venturelli et ses complices à partir de la grande musicalité de la langue de l’auteur. On peut dire que la musique est au cœur du projet, ce qui fait de lui un réel objet de théâtre musical, faisant justice à la quasi-didascalie d’une note de travail de Gabily au sujet de sa pièce : Un oratorio, quelque chose comme cela, si possible, dis-je.De la musique donc, dis-je, du chant donc, dis-je.


-
Atelier Recherche Scène (1+1=3)
Mise en scène, partitions lumière, son Martine Venturelli
D’après Didier-Georges Gabily
Musiques d'après Moultaka, Fedele, Aperghis, Scelsi, Bach, Pallandre, Guionnet
Sopranos Juliette de Massy, Capucine Meens Baryton, violoncelle Jérôme Collet
Saxophone Quentin Biardeau
Chœur et solo voix Gabily Justine Bernachon, Sylvain Fontimpe, Riwana Mer
Voix Hölderlin François Tanguy
Lumière Matthieu Ferry
Son Nicolas Carrière
Scripte de plateau Typhaine Rouger


-
Mercredi 3 avril 20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 10€ à 20€
Durée NC


Réservation

Musique baroque

La Serenissima

  • 20h30jeudi 04 Avril 2019

la Scène nationale d'Orléans

Les Folies françoises

L’effervescence artistique de Venise atteint son apogée au XVIIIe siècle. La musique est omniprésente dans la ville, et de brillants musiciens vénitiens font rayonner la Cité des Doges.



L’effervescence artistique de Venise atteint son apogée au XVIIIe siècle. La musique est omniprésente dans la ville, et de brillants musiciens vénitiens font rayonner la Cité des Doges.

Parmi eux, Antonio Vivaldi, Benedetto Marcello ou Tomaso Albinoni. La littérature est aussi témoin de cette vitalité artistique. C’est pourquoi les Folies françoises, pour ce concert, ont choisi de faire entendre des textes conçus avec le comédien Laurent Natrella, sociétaire de la Comédie-Française qui plongent l’auditeur à l’époque de la Sérénissime, depuis Goldoni jusqu’au célèbre aventurier Casanova. Ce concert, qui ouvre de vastes horizons sur cette époque magnifique, sera donné aussi dans le cadre du temps scolaire, pour des élèves de la fin du collège et du début du lycée.


-
Nos rendez-vous
Jeudi 4 avril à l'issue du spectacle - Salle Vitez, Théâtre d'Orléans
Rencontre avec les musiciens du concert


-
Les Folies françoises
Violon solo, direction Patrick Cohën-Akenine
Clavecin Béatrice Martin
Violoncelle François Poly
Création vidéo Laurent Sarazin
Œuvres Antonio Vivaldi, Benedetto Marcello, Tomaso Albinoni
Textes Charles Burney, Carlo Goldoni, Giacomo Casanova, Jean-Jacques Rousseau


-
Jeudi 4 avril 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 10€ à 20€ ou 5€ pour les –18 ans
Séances scolaires jeudi 4, vendredi 5 avril
Durée NC


Réservation

Chanson

Birds on a Wire

  • 17h00dimanche 03 Mars 2019

la Scène nationale d'Orléans

Rosemary Standley et Dom La Nena

Le duo Birds on a Wire (clin d’œil à la chanson culte de Leonard Cohen) est une histoire de rencontre et d’alchimie entre deux femmes libres.



Découvrez le duo Birds on a Wire en live pour le titre Who by fire



Découvrez le duo Birds on a Wire en live pour le titre Birds on the Wire de Leonard Cohen



Une partition sur mesure pour voix de velours et violoncelle avec la chanteuse de Moriarty, Rosemary Standley, et la violoncelliste Dom la Nena. Sublime !

Rosemary Standley, chanteuse franco-américaine s’est « échappée » du groupe folk Moriarty, le temps de feuilleter un songbook, fantasque et gourmand, et de nous faire voyager de Claudio Monteverdi à Leonard Cohen, en passant par Purcell, Fairouz, John Lennon ou Tom Waits. Également vocaliste, la violoncelliste Dom La Nena a, quant à elle, voyagé du Brésil où elle est née à l’Angleterre et la France, et collaboré avec Jane Birkin lors d’une tournée, Piers Faccini ou Etienne Daho.Les deux artistes partagent cette même liberté dans la création et cette capacité à dépasser les frontières des genres. L’alchimie est immédiate ! Sorti en 2014, le premier album s’ouvre sur Wish You Were Here, spécialement conçu pour être interprété dans la basilique de Saint Denis et accompagné par le Britten Sinfonia, orchestre de cordes, cuivres et percussions. En 2019, nos deux oiseaux reviennent avec un nouveau répertoire (reprises des Pink Floyd, Jacques Brel, Bob Dylan, Gabriel Fauré, Gilberto Gil, Nazaré Pereira, Cat Stevens…) tout aussi pertinent et varié que le premier. Un duo sur le fil, tout en délicatesse, légèreté et dépouillement. Sublime !


-
Birds on a Wire
Voix Rosemary Standley
Violoncelle, voix Dom La Nena
Collaboration artistique Sonia Bester
Lumière, scénographie Anne Muller
Son Anne Laurin


-
Dimanche 3 mars
17h − Salle Barrault
Tarifs de 13€ à 25€
Durée 1h15


Réservation

Musique

Extended Vox

  • 20h30jeudi 07 Février 2019

la Scène nationale d'Orléans

Erwan Keravec, Les Cris de Paris

Combien peu de chose il faut pour le bonheur ! Le son d’une cornemuse… Nietzsche, aphorisme n° 33



Combien peu de chose il faut pour le bonheur ! Le son d’une cornemuse… Nietzsche, aphorisme n° 33

Tout semble opposer la voix classique et la cornemuse : le savant / le populaire, le raffiné / la puissance, l’humanité / le son primitif. Les choses ne sont peut-être pas si simples, le son de la cornemuse peut être organique, la voix et l’instrument peuvent se confondre. Alors, qu’y aurait-il de mieux pour le bonheur que le son de la cornemuse associé au chant ? Initié en trio, cornemuse et deux chanteurs et donné à la Scène nationale d’Orléans la saison dernière, Vox prend aujourd’hui une nouvelle forme, avec le chœur. L’ensemble à 24 chanteurs proposé par Les Cris de Paris comprend l’ensemble des registres de la voix, enlaçant la cornemuse et Extended Vox offre à ces voix la possibilité d’une confrontation acoustique avec la cornemuse. Les deux compositeurs qui ont accepté de se lancer dans cette aventure peu commune, deux autrichiens Bernhard Lang, Wolfgang Mitterer sont des compositeurs majeurs de la scène internationale d’aujourd’hui. Le programme sera complété par la pièce que le grand compositeur allemand Heiner Goebbels a récemment écrite pour la cornemuse de Erwan Keravec, artiste en résidence à la Scène nationale.


-
Nos rendez-vous
Jeudi 7 février à l'issue du spectacle - Salle Barrault, Théâtre d'Orléans
Rencontre avec Erwan Keravec, sonneur de cornemuse, et Geoffroy Jourdain, directeur de l'ensemble Les Cris de Paris


-
Sonneur de cornemuse Erwan Keravec
Les Cris de Paris
Direction Geoffroy Jourdain
24 chanteurs

Heiner Goebbels No. 20/58
Bernhard Lang Hermetika VIII
Wolfgang Mitterer Slow motion_x

Avec le soutien de l'Onda - Office national de diffusion artistique


-
Jeudi 7 février
20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 10€ à 20€
Durée NC


Réservation

Musique baroque

Rossignols amoureux

  • 20h30jeudi 14 Février 2019

la Scène nationale d'Orléans

Les Folies françoises

Légèreté, innocence, passion, fureur…



Légèreté, innocence, passion, fureur… Les pièces et cantates de caractère qui composent ce programme nous livrent diverses facettes du sentiment amoureux.

Les pièces et cantates de caractère qui composent ce programme nous livrent diverses facettes du sentiment amoureux. Quoi de plus charmant que le chant du rossignol, illustré par l’élégance de la flûte et les richesses de l’ornementation du clavecin, pour évoquer l’amour à la française chez François Couperin et Jean-Philippe Rameau ? Mais l’amour fait aussi souffrir Orphée, jeune époux brutalement séparé de sa bien-aimée, qui parcourt les Enfers pour tenter de la ramener dans le monde des vivants.La soprano Hélène Le Corre incarnera aussi la mélancolie et la fureur de Didon, reine de Carthage, abandonnée par le prince troyen Énée, dans une tragédie miniature d’une grande profondeur de sentiments.


-
Soprano Hélène Le Corre

Les Folies françoises
Violon solo, direction Patrick Cohën-Akenine
Traverso Jocelyn Daubigney
Violoncelle François Poly
Clavecin Béatrice Martin

François Couperin Il Ritratto Dell’Amore, Les Goûts Réunis (1724), Le Charme, Les Grâces,
La Douceur…, Le Rossignol en Amour, 3e Livre de Pièces de Clavecin (1722)

Michel Lambert Ombre de mon amant, Air de cour
Michel Pignolet De Montéclair La Mort de Didon, 1er Livre de Cantates (ca 1709)
Jean-Philippe Rameau Rossignols amoureux, répondez à nos voix, Hippolyte et Aricie (1733) Les Tourbillons, Les Tendres plaintes, Pièces de clavecin (1724), Orphée, Cantate


-
Jeudi 14 février
20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 13€ à 25€
Durée NC


Réservation

Soirée Diotima

Quatuor Castalian

  • 20h30mercredi 09 Janvier 2019

la Scène nationale d'Orléans

Académie Diotima

Musique de chambre


Le Quatuor Diotima a entendu pour la première fois le Quatuor Castalian à l’occasion du festival de quatuor d’Heidelberg. Et il a immédiatement été enthousiasmé ! En particulier par la maturité d’une si jeune formation mais aussi par sa personnalité si singulière.



Ecoutez le Quatuor Castalian



Le Quatuor Diotima a entendu pour la première fois le Quatuor Castalian à l’occasion du festival de quatuor d’Heidelberg. Et il a immédiatement été enthousiasmé ! En particulier par la maturité d’une si jeune formation mais aussi par sa personnalité si singulière.

Comme dans tous les domaines, le goût, le style en matière de quatuor tendent à se standardiser. Le Quatuor Castalian ne l’est pas du tout ! Ces jeunes gens possèdent déjà leur « son », leur identité, toute en délicatesse et raffinement. Thomas Adès est sans doute le plus grand compositeur anglais d’aujourd’hui. Dans la lignée de Benjamin Britten, il est un grand compositeur d’opéra, mais aussi pianiste et chef d’orchestre de grand talent. Et grand admirateur de Gabriel Fauré, en particulier de son quatuor. Cette pièce est la dernière écrite par Fauré, en 1924. Au seuil de la mort et considéré comme mièvre et ringard par la plupart des compositeurs de l’époque, Fauré écrit pourtant un quatuor apaisé. Il s’agit d’une œuvre merveilleuse, sans aucun drame, dans laquelle affleure à chaque phrase une grande bonté.


-
Quatuor Castalian

Violons Sini Simonen, Daniel Roberts
Alto Charlotte Bonneton
Violoncelle Christopher Graves

Gabriel Fauré Quatuor opus 121
Thomas Adès The Four Quarters
Wolfgang Amadeus Mozart Quatuor KV 465
Les dissonances


-
Mercredi 9 janvier
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 10€ à 20€
Durée NC


Réservation

Musique baroque

Rendez-moi mes plaisirs

  • 20h30mardi 15 Janvier 2019

la Scène nationale d'Orléans

La Rêveuse

Découvrez une petite anthologie des airs à la mode sous Louis XIV. Peu de souverains ont autant aimé la musique que Louis XIV. C’est sous le règne de ce monarque que « l’air sérieux » est devenu un véritable phénomène de société, comme en témoigne l’extraordinaire quantité d’airs à la mode publiés dans les périodiques et les gazettes de l’époque.



Ecoutez La Rêveuse


Découvrez une petite anthologie des airs à la mode sous Louis XIV.

Les grands éditeurs de musique comme Ballard commercialisèrent d’ailleurs avec succès quantité de collections de ces petits airs bien enlevés et spirituels que l’on chantait dans les salons, à la cour comme à la ville. D’une belle qualité littéraire, cette musique révéla la finesse, la virtuosité et le raffinement de l’art du chant français, qui rayonna longtemps sur l’Europe baroque. Marc Mauillon est, tantôt ténor, tantôt baryton, un chanteur idéal pour ces pièces, avec son timbre si reconnaissable, sa diction ciselée et sa capacité à adapter ses couleurs au gré des musiques et des personnages qu’il interprète.


-
La Rêveuse
Direction artistique Florence Bolton, Benjamin Perrot
Baryton Marc Mauillon
Viole de gambe Florence Bolton
Théorbe Benjamin Perrot
Clavecin Clément Geoffroy

Œuvres de Lambert, Charpentier, Chabanceau de la Barre, Le Camus, Marais…


-
Mardi 15 janvier 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 13€ à 25€
Durée NC


Réservation

Mali

Fatoumata Diawara

  • 17h00dimanche 27 Janvier 2019

la Scène nationale d'Orléans

Chant du mali

Artiste globetrotteuse, musicienne, chanteuse, comédienne, Fatoumata Diawara est l’une des grandes voix de l’Afrique d’aujourd’hui. Fenfo, son deuxième album sorti en mai 2018 a été coproduit par l’artiste -M- (Matthieu Chedid).



Découvrez le clip de Fatoumata Diawara pour le titre Nterini



Nouvelles places disponibles à la vente. Artiste globetrotteuse, musicienne, chanteuse, comédienne, Fatoumata Diawara est reconnue comme l’une des plus belles voix de l’Afrique d’aujourd’hui.

Un disque de folk wassoulou, envoûtant et engagé, aux accents pop et blues/rock presque entièrement chanté en bambara. Cette voix malienne que les autres n’ont pas est une richesse, l’artiste a fait le choix de chanter dans sa langue maternelle afin de respecter son héritage. Garder ses racines et ses influences, mais les communiquer dans un style différent, expérimenter avec un son moderne, comme le monde dans lequel nous vivons mais surtout garder sa singularité. Sept années se sont écoulées entre Fatou son premier album et Fenfo. Sept années pendant lesquelles l’artiste de 36 ans a continué de tisser sa toile en collaborant notamment en studio avec Damon Albarn ou Herbie Hancock, en duo avec le pianiste cubain Roberto Fonseca ou encore récemment sur scène pour Lamomali, projet malien de Matthieu Chedid ; sacré meilleur album de musiques du monde de l’année aux Victoires de la musique 2018. Connue mondialement et à juste titre, Fatoumata Diawara est la voix de celles et de ceux qui n’en ont pas.


-
Chant, guitare Fatoumata Diawara
Basse Sékou Bah
Batterie, percussions Jean Baptiste Ekoué, Gbadoe aka JB
Claviers Arecio Smith
Guitares Yacuba


-
Dimanche 27 janvier
17h − Salle Touchard (attention, changement de salle)
Tarifs de 13€ à 25€
Durée 1h30 environ



Depuis notre lancement de saison, en juin dernier, le concert de Fatoumata Diawara avait remporté un vif succès et affichait déjà complet.
Pour répondre positivement aux nombreuses demandes de nos spectateurs, un changement de salle a été réalisé.
Le concert initialement prévu salle Barrault a été déplacé salle Touchard.


Réservation

Ensemble Cairn

Hommage à György Ligeti

  • 20h30mercredi 30 Janvier 2019

la Scène nationale d'Orléans

Ensemble Cairn

Performance musicale et concert


L'Ensemble Cairn rend hommage au compositeur hongrois György Ligeti (1923-2006).



La musique de Ligeti fut révélée au grand public lorsque le cinéaste Stanley Kubrick l’utilisa pour le film 2001 L’Odyssée de l’espace, mais elle était déjà connue des mélomanes car Ligeti, figure de proue de la modernité des années 60-80, a exploré des registres très différents forgeant peu à peu son style.

La musique de Ligeti fut révélée au grand public lorsque le cinéaste Stanley Kubrick l'utilisa pour le film 2001 L'odyssée de l'espace, mais elle était déjà connue des mélomanes car Ligeti, figure de proue de la modernité des années 60-80, a exploré des registres très différents forgeant peu à peu la notion de micropolyphonie (multiplication de l'activité polyphonique qui conduit alors à la perception de « textures » de timbres complexes) : la musique électronique, la musique d'orchestre, l'installation (Poème symphonique pour 100 métronomes), le théâtre musical (Aventures et nouvelles aventures), le répertoire pour piano (12 études). L'Ensemble Cairn interprétera le Kammerkonzert écrit en 1970 pour 13 instruments, pièce emblématique de Ligeti dont la fameuse "courante" du début posa les bases du style du compositeur. Dans le hall du théâtre, en guise de préambule, sera donnée le Poème symphonique pour 100 métronomes. Héritier de la pensée de Ligeti, explorant de même les continuum rythmique, la musique de Philippe Leroux sera également à l'honneur, dont la très dynamique et fulgurante Continuons qui par son titre ne cache pas sa filiation. Le musicologue Clément Lebrun présentera le concert et la personnalité artistique de Györgi Ligeti.


-
Nos rendez-vous
Du mercredi 31 octobre au samedi 5 janvier
- Théâtre d'Orléans
Appel à la collecte de métronomes. En préambule de cette soirée de concert, l’Ensemble souhaite réaliser une performance musicale, dans le hall, autour de son Poème symphonique pour 100 métronomes. Pour ce faire, les musiciens ont besoin de votre aide ! La Scène nationale d’Orléans lance un appel au prêt de 100 métronomes.
Plus d'informations : ici


-
Ensemble Cairn
Direction Guillaume Bourgogne
Flûte Cédric Jullion
Clarinette Ayumi Mori
Clarinette basse Joris Rhul
Piano Caroline Cren
Percussions Sylvain Lemêtre
Violon 1 Nathalie Shaw
Violon 2 NC
Alto Hélène Desaint
Violoncelle Frédéric Baldassare
Trobonne Benny Sluchin
Cor Antoine Dreyfuss
Hautbois, clavecin, contrebasse
Concert commenté par Clément Lebrun
Avec la collaboration de l’ESAD Orléans pour la performance du Poème symphonique pour 100 métronomes

György Ligeti Poème symphonique pour 100 métronomes, Étude ; Automne à Varsovie (pour piano), Continuum (pour clavecin), Artikulation (pour bande magnétique), Kammerkonzert (pour 13 instruments)
Philippe Leroux Continuons


-
Mercredi 30 janvier 20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 10€ à 20€
Durée 1h30


Réservation

Soirée Diotima

Quatuor Antarja

  • 20h30mardi 05 Février 2019

la Scène nationale d'Orléans

Académie Diotima

Musique de chambre


Passé en 2018 par l’Académie de Noirlac du Quatuor Diotima, le jeune quatuor polonais Antarja, issu du conservatoire de Cracovie et de l’université de Vienne, est accompagné du jeune compositeur turc Çagdas Tanik, élève du conservatoire de Munich.



Ecoutez le Quatuor Antarja



Passé en 2018 par l’Académie de Noirlac du Quatuor Diotima, le jeune quatuor polonais Antarja, issu du conservatoire de Cracovie et de l’université de Vienne, est accompagné du jeune compositeur turc Çagdas Tanik, élève du conservatoire de Munich.

Chaque année, depuis bientôt 5 ans, le Quatuor Diotima organise à l’Abbaye de Noirlac une Académie d’une semaine, pour mettre en relation de jeunes quatuors et de jeunes compositeurs. Il travaille ainsi avec les quatuors sur les écritures contemporaines, mais aussi sur des œuvres de répertoire, et avec les compositeurs sur leurs œuvres, en essayant de les aider à obtenir le maximum des instrumentistes, en essayant de les conseiller au mieux sur leur notation. Les pièces sont écrites spécialement pour l’occasion, et ne durent pas plus de 10 minutes. C’est le résultat de ce travail que nous vous proposons. Les jeunes compositeurs seront présents lors de ces concerts, et vous pourrez, à l’issue de la représentation, leur poser des questions. Il est assez fascinant de voir ces jeunes artistes de 20 ans se passionner pour la composition ! Le compositeur de musique « classique » n’est pas vraiment le vieux « barbon » auquel nous nous attendons !


-
Quatuor Antarja

Violon 1 Barbara Mglej
Violon 2 Elzbieta Mudlaff
Alto Magdalena Chmielowiec
Violoncelle Piotr Gach

Ludwig van Beethoven Le Quatuor à cordes n° 11 opus 95
Çagdas Tanik Dekadans
Robert Schumann Quatuor n° 3


-
Mardi 5 février
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 10€ à 20€
Durée NC


Réservation

Soirée Diotima

Quatuor Cosmos

  • 20h30mardi 13 Novembre 2018

la Scène nationale d'Orléans

Académie Diotima

Musique de chambre


Chaque année, depuis bientôt 5 ans, le Quatuor Diotima organise à l’Abbaye de Noirlac une Académie d’une semaine, pour mettre en relation de jeunes quatuors et de jeunes compositeurs.



Ecoutez le Quatuor Cosmos en live


Musique de chambre. Chaque année, le Quatuor Diotima organise une académie d’une semaine, pour mettre en relation de jeunes quatuors et de jeunes compositeurs. Pour ce concert, le jeune Quatuor catalan Cosmos a travaillé avec le jeune compositeur allemand d’origine russe Mischa Tangian.

Il travaille ainsi avec les quatuors sur les écritures contemporaines, mais aussi sur des œuvres de répertoire, et avec les compositeurs sur leurs œuvres, en essayant de les aider à obtenir le maximum des instrumentistes, en essayant de les conseiller au mieux sur leur notation. Les pièces sont écrites spécialement pour l’occasion, et ne durent pas plus de 10 minutes. C’est le résultat de ce travail que nous vous proposons. Les jeunes compositeurs seront présents lors de ces concerts, et vous pourrez, à l’issue de la représentation, leur poser des questions. Il est assez fascinant de voir ces jeunes artistes de 20 ans se passionner pour la composition ! Le compositeur de musique « classique » n’est pas vraiment le vieux « barbon » auquel nous nous attendons !

Pour ce concert, le jeune quatuor catalan Cosmos, issu du conservatoire de Barcelone, a travaillé avec le jeune compositeur allemand d’origine russe Mischa Tangian.


-
Nos rendez-vous
Mardi 13 novembre
à l'issue du spectacle - Salle Vitez, Théâtre d'Orléans
Rencontre avec les musiciens du Quatuor Cosmos ainsi que le compositeur Mischa Tangian.


-
Quatuor Cosmos
Violons Helena Satué, Bernat Prat
Alto Lara Fernández
Violoncelle Oriol Prat
Wolfgang Amadeus Mozart Quatuor KV 456
Mischa Tangian Untitled
Johannes Brahms Quatuor n°3 opus 67


-
Mardi 13 novembre 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 10€ à 20€
Durée NC


Réservation

Ensemble Cairn

Soirées singulières #1

  • 20h30mercredi 21 Novembre 2018

la Scène nationale d'Orléans

Les 20 ans de l'Ensemble Cairn

En 2018, l’Ensemble Cairn fête ses 20 ans et pour cette occasion, imagine une série de concerts et de manifestations artistiques, sonores mais pas seulement, qui retrace à la fois les années de son histoire et témoigne de son engagement actuel dans la démarche de création.



Téléchargez le programme des trois Soirées singulières


En savoir plus sur les artistes qui composent l'Ensemble Cairn


Retour les 20 ans d’existence de l'Ensemble Cairn


Vidéo réalisée dans le cadre d'un travail plastique et musical en lien avec les projets de l'Ensemble Cairn


Anniversaire. L’Ensemble Cairn fête ses 20 ans et pour cette occasion, imagine une série de concerts et de manifestations artistiques, sonores mais pas seulement, qui retrace à la fois les années de son histoire et témoigne de son engagement actuel dans la démarche de création.

L’envie de fêter ces vingt années de cheminement est une manière d’effectuer un temps d’arrêt en guise de mise au point, mais aussi de rassembler autour de l’ensemble les artistes avec lesquels construire un avenir. Fidèle à ses convictions, Cairn organise divers événements impliquant des pratiques artistiques variées et regroupant des artistes qui lui furent et lui sont encore fidèles. Cette série d’événements, de six concerts et deux manifestations pluridisciplinaires réparties sur trois soirées, se déroule au Théâtre d’Orléans où l’ensemble est installé depuis plusieurs années, en résidence artiste-associé avec la Scène nationale. La première soirée de cet anniversaire invite à un solo en compagnie de la pianiste de l’ensemble, Caroline Cren qui propose d’explorer son instrument dans des sonorités inhabituelles qu’elle présentera elle-même au public de manière conviviale. S’ensuivra un duo étonnant associant la performance du peintre Raphaël Thierry qui fera apparaître une série de masques à partir de la manipulation de sable projeté sur une vitre rétro-éclairée. Des vibrations et frottements du sable naît une musicalité qui entrera en résonance avec le zarb (tambour iranien) du percussionniste Sylvain Lemêtre. La soirée se clôturera en fête par un concert de musique de chambre avec tuyaux sonores, poupée mécanique et ballon d’anniversaire. Cinq musiciens de l’ensemble invitent à faire résonner les musiques des compositeurs tels Gérard Pesson, Francesco Filidei, Frédéric Pattar et Colin Roche.


-
Nos rendez-vous
Mercredi 21 novembre
18h – la Galerie du Théâtre
Vernissage de l'exposition, sur le thème de la minéralité, du rapport de la matière à l’espace et au sonore, réalisée en partenariat avec les étudiants de l’Ecole Supérieure d’Art et de Design d’Orléans (ESAD).
Mercredi 21 novembre 19h – la Galerie du Théâtre
Venez rencontrer, échanger et porter un toast à cet anniversaire en compagnie des artistes et de l’équipe de l’Ensemble Cairn.




Les Portraits singuliers sont un cycle de concert-solo engagés depuis plusieurs années au sein des programmes de l’Ensemble Cairn. Conçus comme des moments privilégiés de dialogue et de proximité avec le public, les portraits singuliers sont présentés dans un cadre intimiste et sont l'occasion d'une découverte d'un instrument, d'un musicien, qui présente avec sincérité le reflet qu'il s'imagine de lui-même.


-
Portrait Singulier
Concert-solo piano Caroline Cren



Raphaël Thierry est peintre, ancien pensionnaire à la Villa Médicis il a été le compagnon de route de l'Ensemble Cairn sur plusieurs projets dont Vies silencieuses créées à l'Abbaye de Royaumont, puis au Consortium de Dijon, au Festival Bludenz en Autriche. Raphaël Thierry a développé une technique de peinture sur sable qui, à travers une vitre rétro-éclairée, lui permet d'obtenir des contrastes d'une très grande précision, une granularité d'une grande finesse. La performance, s'intitule Totem di sabbia, elle est une succession (apparition-effacement) de masques émergeant de nulle part, y retournant, accompagnés par les sons du zarb de Sylvain Lemêtre. Un rythme se dégage, mi-visuel, mi-sonore, une danse pour l'œil.


-
Performance Totem di Sabbia
Plasticien Raphaël Thierry
Percussions Sylvain Lemêtre



Ce concert de musique de chambre prendra appui sur les Transformations du menuet K.355 de Mozart réalisées par Gérard Pesson pour l'Ensemble Cairn lors des premières saisons du 104 à Paris. Celles-ci seront un fil conducteur pour ce concert témoignant ainsi de l'attachement de Cairn pour Gérard Pesson. Ces transformations ponctueront la soirée qui par ailleurs mettra à l'honneur les musiciens de Cairn dans leur capacité à assumer des musiques très différentes. Autre référence forte pour l’ensemble Cairn : la formation liée à la pièce de Jérôme Combier, Petite obscurité, qui aura été la toute première constitution de l’Ensemble Cairn et pour laquelle auront écrit de nombreux compositeurs. Enfin, pour ce concert l’Ensemble Cairn passe commande au compositeur Colin Roche, l’invitant précisément à écrire pour la formation Petite obscurité.


-
Concert de musique de chambre
Petite obscurité

Zarb Sylvain Lemêtre
Son Sébastien Naves
Flûte Cédric Jullion
Clarinette Ayumi Mori
Guitare Christelle Séry
Alto Cécile Brossard
Violoncelle Pablo Tognan


-
Mercredi 21 novembre
20h30 - Salle Vitez et salle Barrault
Tarifs de 10€ à 20€ ou Pass Soirées singulières (3 soirées) 30€
Durée 2h environ


Réservation

Ensemble Cairn

Soirées singulières #2

  • 20h30jeudi 22 Novembre 2018

la Scène nationale d'Orléans

Les 20 ans de l'Ensemble Cairn

En 2018, l’Ensemble Cairn fête ses 20 ans et pour cette occasion, imagine une série de concerts et de manifestations artistiques, sonores mais pas seulement, qui retrace à la fois les années de son histoire et témoigne de son engagement actuel dans la démarche de création.



Téléchargez le programme des trois Soirées singulières


En savoir plus sur les artistes qui composent l'Ensemble Cairn


Retour les 20 ans d’existence de l'Ensemble Cairn


Anniversaire. Deuxième soirée de musique à la croisée des arts pour fêter ensemble les 20 ans de l'Ensemble Cairn.

L’envie de fêter ces vingt années de cheminement est une manière d’effectuer un temps d’arrêt en guise de mise au point, mais aussi de rassembler autour de l’ensemble les artistes avec lesquels construire un avenir.Fidèle à ses convictions, Cairn organise divers événements impliquant des pratiques artistiques variées et regroupant des artistes qui lui furent et lui sont encore fidèles. Cette série d’événements, de six concerts et deux manifestations pluridisciplinaires réparties sur trois soirées, se déroule au Théâtre d’Orléans où l’ensemble est installé depuis plusieurs années, en résidence artiste-associé avec la Scène nationale. La seconde Soirée singulière invite le public au dialogue. Deux moments articuleront cette soirée : une première rencontre, en guise de dialogue musical entre l’Ensemble Cairn et deux musiciens du Tricollectif, Florian Satche (percussions) et Gabriel Lemaire (saxophone), manière d’explorer des mondes aux frontières incertaines, improvisation, musique corporelle, partitions déjantées de Vinko Globokar et autre John Cage. Pour poursuivre la soirée, Cairn invite à l’écoute du roman Facing, texte rapide, incisif de l’écrivain Sylvain Coher (en résidence au Théâtre Gérard Philippe d’Orléans) et qui raconte l’histoire de Georges qui se perd dans la campagne des Mauges, écoute ses voix intérieures, ressasse ses défaites d’une voix poétique forte à laquelle se mêleront les musiques de Steve Reich, Rebecca Saunders, Pascal Dusapin.



Les Dialogues Singuliers constituent un cycle de concerts proposés par l’Ensemble Cairn. Attentif à l’ouverture vers d’autres esthétiques musicale, ce programme est né de la volonté de faire se rencontrer deux musiciens d’origines et d’esthétiques différentes, de construire un moment musical où deux approches de la musique, l’une associée à la partition, l’autre à une exploration digitale de l’instrument, dialoguent, se répondent, voire se superposent, l’une pouvant se saisir de l’autre, la transformer, en faire matière à prélude, à invention.


-
Dialogue singulier 1 et 2

Clarinette Ayumi Mori
Percussions, batterie Florian Satche
Accordéon Fanny Vicens
Saxophone Gabriel Lemaire



A l’occasion de ces 20 ans, l’Ensemble Cairn ré-invite Sylvain Coher, à l’écoute du roman Facing, qui relate une histoire, celle de Georges, ouvrier de la région des Mauges, jeté sur le bas côté de l’activité humaine, se retrouvant sans emploi, naviguant désormais entre l’espoir d’une reconversion et la désillusion d’une situation sans issue, voué a éprouvé le temps vide de l’inutilité. Facing révèle la lente résurgence d'un homme rejeté par l'ordre économique, au travers de son quotidien vide, de ses nuits blanches et de ses silences. Sylvain Coher met à jour l'ensemble des choses qui enracinent cette histoire : la légitime quête de dignité de Georges lors des entretiens - grande farce - de reclassement, les doux encouragements de Ma - sa femme -, ses promenades salvatrices dans le pays des Mauges ; pour mieux en dévoiler la singularité et l'exacte lucidité. De part le rythme sous-jacent du livre, celui d’une marche ininterrompue et les répétitions nombreuses qui là encore suggèrent celle de la marche, le pas devant l’autre, mais aussi et surtout le lyrisme, l’incroyable langue qui se façonne entre la poésie et le jargon aujourd’hui des entreprises chéries, j’imagine que nous créeront une situation scénique faite de heurts, d’élans, de contrastes. Car c’est là ce qui m’a retenu, et me séduit toujours, plus je lis le livre, ce balancement incessant entre lyrisme et pesante réalité, entre la nature qu’incarne ce pays des Mauges que le personnage, Georges, ne cesse d’arpenter et ce paysage d’usines, les machines arrêtées des ateliers de confection. L’image du livre pour moi : celle d’entrepôts désolés, d’usines démembrées que la Nature recouvre et que peuplent les fantômes de voix anciennes qui ont été congédiées.


-
Facing concert-lecture
Concert-lecture à partir du livre Facing de Sylvain Coher
Clarinette Ayumi Mori
Guitare Christelle Séry
Violoncelle Frédéric Baldassare
Comédien Jean-Claude Bonnifait


-
Jeudi 22 novembre
20h30 - Salle Vitez et salle Barrault
Tarifs de 10€ à 20€ ou Pass Soirées singulières (3 soirées) 30€
Durée 2h


Réservation

Ensemble Cairn

Soirées singulières #3

  • 20h30vendredi 23 Novembre 2018

la Scène nationale d'Orléans

Les 20 ans de l'Ensemble Cairn

En 2018, l’Ensemble Cairn fête ses 20 ans et pour cette occasion, imagine une série de concerts et de manifestations artistiques, sonores mais pas seulement, qui retrace à la fois les années de son histoire et témoigne de son engagement actuel dans la démarche de création.



Téléchargez le programme des trois Soirées singulières


En savoir plus sur les artistes qui composent l'Ensemble Cairn


Retour les 20 ans d’existence de l'Ensemble Cairn


Anniversaire. Dernière soirée de fête pour les 20 ans de l'Ensemble Cairn ! La musique est toujours au cœur du sujet mais la danse et la photographie s'invite sur le plateau.

L’envie de fêter ces vingt années de cheminement est une manière d’effectuer un temps d’arrêt en guise de mise au point, mais aussi de rassembler autour de l’ensemble les artistes avec lesquels construire un avenir.Fidèle à ses convictions, Cairn organise divers événements impliquant des pratiques artistiques variées et regroupant des artistes qui lui furent et lui sont encore fidèles. Cette série d’événements, de six concerts et deux manifestations pluridisciplinaires réparties sur trois soirées, se déroule au Théâtre d’Orléans où l’ensemble est installé depuis plusieurs années, en résidence artiste-associé avec la Scène nationale. Soirée de clôture de ce festival, Cairn invite le chorégraphe Alban Richard (CCN de Caen) à imaginer un duo avec le violoncelliste et joueur de viole de gambe, Frédéric Baldassare. Ensemble, ils construiront un moment intime et fort. Touch me lightly propose d’explorer un recueil de pièces du Capitaine Tobias Hume, (mercenaire écossais et joueur de viole) publié en 1605. Pour terminer la soirée, l’ensemble Cairn réuni au complet propose avec Conditions de lumières un instant de contemplation associant le travail visuel du photographe Tadzio et la musique de Jérôme Combier. Les deux artistes proposent de faire se confondre variations sonores et lumineuses créant ainsi un univers visuel et sonore suspendu, onirique.



Performance danse et musique avec Alban Richard (chorégraphie) et Frédéric Baldassare (viole de gambe). En 2015, Jérôme Combier et Alban Richard créent la pièce Dawnlight en association avec Cairn, l'Ircam et la Scène nationale d'Orléans. En 2016, Alban Richard, alors nouveau directeur du CCN de Caen invite Jérôme Combier comme artiste compagnon auprès de lui au sein de l'institution normande. Pour la saison 2018-19, Alban Richard et Jérôme Combier imaginent un nouveau projet autour de la musique de Tobias Hume, prenant appui sur le recueil de pièces de viole de gambe : Musicall Humors (Les humeurs musicales) que le musicien (et mercenaire) écossais publia en 1605 et qui regroupe plus de 117 pièces. Le titre de ce projet empreinte à l’une des pièces du recueil : Touch me lightly. Alban Richard et Jérôme Combier proposent un moment de danse et de musique dans l’intimité de la Renaissance, de la viole de gambe, des humeurs humaines (du corps et de l’esprit) propres au XVIème siècle anglais telles que l’écrivain Robert Burton a tenté de les répertorier, les inventorier dans son ouvrage : Anatomie de la mélancolie (1621). En regard des pièces du Captain Tobias Hume, Jérôme Combier écrira de courts commentaires, manière de mesurer l’écart entre notre époque contemporaine et celle de la Renaissance.


-
Touch me lightly

Viole de gambe Frédéric Baldassare
Chorégraphie Alban Richard



Concert principal des Soirées singulières, Conditions de lumières réunit tous les musiciens de l'ensemble Cairn sous la direction de son chef, Guillaume Bourgogne. Conditions de lumières est à la fois un concerto pour violon et une musique à l'image, puisqu'elle met en scène sous la forme d'interludes, des apparitions et disparitions de photographies de l'artiste Tadzio. Celui-ci conçoit des images-vidéos qui retracent un éclairage particulier de façades d'immeubles. Cet éclairage, créé de toute pièce par ordinateur, s’appuie toutefois sur des données précises et justes : les radiations solaires du lieu et du jour où l'artiste avait pris la photographie. Les données collectées par Tadzio avec l'appui d'organismes météorologiques sont ensuite réinterprétées. Conditions de lumières se propose d'explorer ces variations de lumières et d'en proposer une transposition sonore libre.


-
Conditions de lumières
Concert d’ensemble dirigé mise en espace photographique par le photographe Tadzio
Direction Guillaume Bourgogne
Composition Jérôme Combier
Musiques de Jérôme Combier, Tristan Murail
Flûte Cédric Jullion
Clarinette Ayumi Mori
Percussions Sylvain Lemêtre
Alto Cécile Brossard
Piano Caroline Cren
Guitare Christelle Séry
Accordéon Fanny Vicens
Trompette André Feydy
Violon Léo Marillier
Violon solo Elissa Cassini


-
Nos rendez-vous
Vendredi 23 novembre
à l'issue du spectacle - Salle Barrault, Théâtre d'Orléans
Dans le cadre de la dernière soirée d'anniversaire, rencontre avec Jérôme Combier, directeur, certains musiciens de l'Ensemble et le photographe Tadzio.


-
Vendredi 23 novembre 20h30 - Salle Vitez et salle Barrault
Tarifs de 10€ à 20€ ou Pass Soirées singulières (3 soirées) 30€
Durée 2h


Réservation

Soirée Diotima

Quatuor Diotima #2

  • 20h30mardi 11 Décembre 2018

la Scène nationale d'Orléans

Ce deuxième rendez-vous avec le Quatuor Diotima se concentre sur des figures féminines. Dans la musique d’Alban Berg, figure emblématique de la seconde école de Vienne, la place des femmes est incontournable.



Ecoutez et découvrez le Quatuor Diotima



Musique de chambre. Ce deuxième rendez-vous avec le Quatuor Diotima se concentre sur des figures féminines et la place incontournable des femmes.

Son quatuor opus 3 est une sorte d’opéra déguisé, qui préfigure Lulu : le « cri » de la fin du 2e mouvement de son opus 3 en est la meilleure preuve. Sivan Eldar, compositrice israélienne, est une personnalité à l’étrangeté remarquable, tant sur le plan personnel que sur le plan artistique. Impossible de la rapprocher d’un style, d’une école. Mais au contraire, elle semble embrasser toute une constellation d’univers musicaux, passés par le prisme de son regard. Le Quatuor Diotima a été fasciné par sa musique à la première écoute ! Il s’agit de la création française de son quatuor à cordes. La Jeune fille et la mort est sans doute le quatuor à cordes le plus connu de l’histoire. En reprenant le thème du lied du même nom, Franz Schubert nous donne quelques clés de compréhension : le dialogue entre la mort et la si jeune fille est glaçant, terrifiant mais aussi apaisant.


-
Nos rendez-vous
Mardi 11 décembre
à l'issue du spectacle - Salle Vitez, Théâtre d'Orléans
Rencontre avec les membres du Quatuor Diotima


-
Quatuor Diotima
Violon 1 Yun-Peng Zhao
Violon 2 Constance Ronzatti
Alto Franck Chevalier
Violoncelle Pierre Morlet

Alban Berg Quatuor à cordes opus 3
Sivan Eldar Quatuor (création française)
Franz Schubert La Jeune fille et la mort


-
Mardi 11 décembre 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 10€ à 20€
Durée NC


Réservation

Théâtre musical

(Voir plus haut) (complet)

  • 20h30mercredi 19 Décembre 2018

la Scène nationale d'Orléans

Estelle Bezault

Jacques Rebotier, auteur, compositeur, poète, créateur inclassable, écrit (Voir plus haut) en 1998 pour le spectacle de fin d’études de la 10e promotion de l’École Nationale des Arts du Cirque de Châlons en- Champagne. Il publie le texte dans le recueil Le Désordre des langages III édité aux Solitaires Intempestifs.



Teaser du spectacle (Voir plus haut)



La Scène nationale a choisi d’accompagner cette jeune créatrice qui se lance, avec beaucoup d’atouts, dans l’aventure de l’exploration des rapports entre textes et musiques.

Pour porter à la scène ce texte qu’elle qualifie de « partition corporelle articulée », Estelle Bezault choisit de le confier à un trio musicien/comédien/danseur, considérant que l’écriture acrobatique de Jacques Rebotier est constituée de rythme, de souffle, de mouvement. Des trois disciplines distinctes, l’idée est vraiment de ne former qu’une seule et même entité sensible. À travers l’écriture poétique et engagée de Jacques Rebotier, c’est la vie qui exulte. L’on se parle, l’on dîne, l’on partage, l’on s’aime ! (Voir plus haut), la première création d’Estelle Bezault, est un hommage
à la vie « des-uns-et-des-autres-ensemble ». La Scène nationale a choisi d’accompagner cette jeune créatrice qui se lance, avec beaucoup d’atouts, dans l’aventure de l’exploration des rapports entre textes et musiques.


-
Soliloque – Le chant du fond

Jeu, mise en scène Estelle Bezault
Auteur Jacques Rebotier
Jeu rythmique Florian Satche
Jeu dansé Anselme Couturier
Assistant mise en scène, regard extérieur Alexandre Finck, Dimitri Hatton
Costumes Pauline Germon
Création, technique lumière Alessandro Vuillermin
Son Aurélien Claranbaux
Image vidéo Eric Martinen
Scénographie Charlotte Leclaire
Construction décor Denis Bezault


-
Mercredi 19 décembre
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 10€ à 20€
Durée 1h10


Complet, liste d'attente ouverte. Vous pouvez contacter la billetterie au 02 38 62 75 30 entre 14h et 19h du mardi au samedi.

Réservation

Musique ancienne

Honi soit qui mal y pense

  • 20h30jeudi 04 Octobre 2018

la Scène nationale d'Orléans

La Rêveuse - Doulce Mémoire

Pour commémorer le 400e anniversaire de la mort de Shakespeare, l’Ensemble La Rêveuse et Doulce Mémoire se sont associés autour d’un programme inédit de musiques anglaises de la fin du XVIe siècle.



Pour commémorer le 400e anniversaire de la mort de Shakespeare, l’Ensemble La Rêveuse et Doulce Mémoire se sont associés autour d’un programme inédit de musiques anglaises de la fin du XVIe siècle.

Les cordes de La Rêveuse, les flûtes et les anches de Doulce Mémoire s’unissent pour jouer ces consorts de flûtes, hautbois, bassons et violes aux airs entraînants, revigorants ou mélancoliques pour voix et luths que sont les songs, lullabies, fantaisies et gaillardes de quelques-uns des meilleurs compositeurs de l’Angleterre de Shakespeare : William Brade, John Dowland, Anthony Holborne et Orlando Gibbons.


-
Nos rendez-vous
Jeudi 4 octobre
à l'issue du spectacle - Salle Barrault
Rencontre avec les directeurs artistiques des ensembles, Florence Bolton et Benjamin Perrot pour La Rêveuse et Denis Raisin Dadre pour Doulce Mémoire, accompagnés de certains musiciens


-
La Rêveuse
Direction Florence Bolton, Benjamin Perrot
Violes de gambe Florence Bolton, Sylvia Abramovicz, Myriam Rignol, Sarah Van Oudenhove, Emily Audouin
Théorbe Benjamin Perrot

Doulce Mémoire
Direction Denis Raisin Dadre
Soprano Esther Labourdette
Luth Pascale Boquet
Flûtes, anches Johanne Maitre, Elsa Frank, Jérémie Papasergio, Adrien Reboisson, Denis Raisin Dadre

Musiques anglaises de la fin du XVIe siècle


-
Jeudi 4 octobre 20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 13€ à 25€
Durée 1h30 environ


Réservation

Soirée Diotima

Quatuor Diotima #1

  • 20h30vendredi 05 Octobre 2018

la Scène nationale d'Orléans

Le quatuor à cordes représente la quintessence de la musique, au sens même où il oblige les compositeurs à se soustraire aux facilités d’écriture pour se concentrer sur l’écriture musicale.



Ecoutez et découvrez le Quatuor Diotima



Ce premier concert de la saison fera entendre le célébrissime quintette La Truite de Franz Schubert et sera l’occasion d’écouter de nouveau Maroussia Gentet, lauréate du Concours International de piano d’Orléans 2018.

Ce premier concert de la saison fera entendre le célébrissime quintette La Truite de Franz Schubert et sera l’occasion d’écouter de nouveau Maroussia Gentet, lauréate du Concours International de piano d’Orléans 2018. La première partie de ce concert est consacrée à la musique de notre temps, avec la création mondiale du quatuor de Philippe Hurel, l’un des plus remarquables compositeurs français, fin connaisseur du genre « quatuor ». Issu du courant spectral, il est cependant impossible de le réduire à cette école. Son écriture est d’une grande inventivité rythmique, en s’amusant des codes, des « régularités » habituelles. Vient ensuite Brains de Misato Mochizuki. Elle est japonaise et partage son temps entre Paris et Tokyo. Cette double appartenance influe sans aucun doute sur son style si personnel, qui allie côté français, sens de la couleur et virtuosité, et côté japonais, tranchant et délicatesse.


-
Nos rendez-vous
Vendredi 5 octobre
à l'issue du spectacle - Salle Barrault
Rencontre avec les membres du Quatuor Diotima, la pianiste Maroussia Gentet et le contrebassiste Yann Dubost


-
Quatuor Diotima

Violon 1 Yun-Peng Zhao
Violon 2 Constance Ronzatti
Alto Franck Chevalier
Violoncelle Pierre Morlet
Piano Maroussia Gentet (lauréate du 13e Concours international de piano d’Orléans)
Contrebasse Yann Dubost

Philippe Hurel D'autre part, première mondiale - commande de Pro Quartet-Centre européen de musique de chambre, du Quatuor Diotima et de la Scène nationale d’Orléans
Misato Mochizuki Brains
Franz Schubert Quintette piano et cordes La Truite


-
Vendredi 5 octobre
20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 10€ à 20€
Durée 1h30 environ


Réservation

Chili

Bloque Depresivo

  • 17h00dimanche 14 Octobre 2018

la Scène nationale d'Orléans

Accompagné d’un écrin acoustique de guitares virtuoses et de percussions, le charismatique « Macha » Asenjo, leader des populaires Chico Trujillo, jusqu’ici surtout connu pour ses talents de showman survolté, héraut de la vitalité d’une cumbia infusée d’énergie rock, présente son nouveau projet fort ironiquement baptisé Bloque Depresivo (Bloc dépressif).



Ecoutez le titre Continentales par Macha et le groupe Bloque Depresivo



Accompagné de guitares virtuoses et de percussions, le charismatique chilien « Macha » Asenjo présente son nouveau projet fort ironiquement baptisé Bloque Depresivo (Bloc dépressif).

Il y révèle ses subtiles qualités de crooner « almodovarien », capable de transmettre de sa voix de velours toute la fureur feutrée des mélodrames en miniature que contiennent ces chansons, et d’entraîner son public dans l’univers intimiste du boléro et de ses différentes variétés régionales. Si la cumbia règne sur les bals populaires de nombreux pays d’Amérique latine, le boléro y est la musique par excellence des bars de quartier qui ne ferment jamais et des soirées de bohème entre amis. Ce style de chansons sentimentales, né à Cuba à la fin du XIXe siècle et diffusé à travers tout le continent depuis les années 1930, marque de son empreinte l’imaginaire de plusieurs générations d’hispanophones, toutes nationalités et classes sociales confondues. Une ode intense à la musique traditionnelle sud-américaine.


-
Bloque Depresivo
Chant Aldo « Macha » Asenjo
Claviers, chant, guitare acoustique Jose « Joselo » Osses
Basse, guitarrón nicaraguayen Simon « Tocori » Berrú
Guitares acoustiques Raul Céspedes, Mauricio « Machi » Barrueto
Percussions Daniel Pezoa, Cristian « Pegafix » Duarte
Percussions, cuatro vénézuélien Claudio Araya
Trompette Carlos Rodriguez
Technicien son Ignacio Jaduri


-
Dimanche 14 octobre 17h − Salle Barrault
Tarifs de 13€ à 25€
Durée 1h30 environ


Réservation

Chanson française

Camille

  • 20h30mercredi 07 Novembre 2018

la Scène nationale d'Orléans

En partenariat avec L’Astrolabe, scène de musiques actuelles d’Orléans

Le manque grandissait peu à peu. Douze ans après le titre Ta Douleur qui l’a révélée au grand public et six années après la sortie de son dernier album Ilo Veyou, la singulière Camille fait son grand retour avec son nouvel opus Ouï, tout juste consacré aux dernières Victoires de la Musique.



Découvrez le clip du titre Lasso interprété par Camille



Complet - Douze ans après le titre Ta Douleur qui l’a révélée au grand public et six années après la sortie de son dernier album, la singulière Camille fait son grand retour avec son nouvel opus Ouï, tout juste consacré aux dernières Victoires de la Musique.

Chanteuse aux pieds nus et à la voix aérienne, elle écrit des textes qui résonnent comme des chants polyphoniques. Au rythme des tambours, ses danses deviennent rituelles et sa voix, parfois susurrée, parfois soufflée en éclats, sonne comme les vocalises d’une soprane. Elle enregistre parce qu’il faut bien fixer les choses mais ses chansons ne sont pas figées et s’animent sur scène. Ces nouvelles chansons qui puisent dans la tradition éclairent le travail de l’artiste sur sa volonté de se dédoubler puis de se démultiplier vocalement. Une ultra-modernité universelle dont la couleur dominante serait l’indigo. La septième couleur de l’arc-en-ciel. Comme le nombre de notes de la gamme musicale. Chez Camille tout est décidément musique.


-
Mercredi 7 novembre 20h30 − Salle Touchard
Hors abonnement - Tarif unique 36€
Ouverture billetterie mardi 11 septembre (13h)
Durée 1h45


Réservation

Expérience musicale et culinaire

La Tentation des pieuvres

  • 20h30vendredi 21 Septembre 2018
  • 12h30samedi 22 Septembre 2018
+ horaires

la Scène nationale d'Orléans

Maguelone Vidal

Humer. Écouter. Profiter. Sur le plateau, une table de découpe, des plaques chauffantes, un évier, et… des tables autour desquelles les spectateurs s’installent. Pour l’entrée dans la saison, encore un dernier petit air de vacances, nous invitons notre public à se mettre à table !



Teaser La Tentation des pieuvres, expérience musicale et culinaire



Humer. Écouter. Profiter. Sur le plateau, une table de découpe, des plaques chauffantes, un évier, et… des tables autour desquelles les spectateurs s’installent. Pour l’entrée dans la saison, encore un dernier petit air de vacances, nous invitons notre public à se mettre à table !


Un spectacle repas des cinq sens, pour un cuisinier qui cuisine, quatre musiciens qui « musiquent », et une centaine de convives qui salivent. Sous la houlette du chef cuisinier Claudius Tortorici, entouré par les musiciens de Maguelone Vidal, le public immergé dans la scénographie et dans le son prend part à la confection de la recette de la bourride de petites seiches. Saxophones, violoncelles, batterie et musique électronique se mêlent et suivent les mouvements en cuisine comme une véritable chorégraphie de gestes, de sons, de lumières et de senteurs.La Tentation des pieuvres est une expérience à part entière qui fait la part belle à ces délicieux rituels du vivre ensemble propres aux repas comme aux concerts. Au grand final, musiciens et cuisinier s’attablent avec le public, on ouvre les bouteilles et tout le monde ripaille ! À table !


-


Dans le cadre de la Fête de la gastronomie - Goût de France
Création pour un cuisinier, quatre musiciens et cent convives


Conception, composition, saxophones, voix Maguelone Vidal
Regard extérieur Emilie Rousset
Cuisinier Claudius Tortorici
Électronique Christian Zanési
Violoncelle, voix Didier Petit
Batterie, voix Philippe Foch
Scénographie Emmanuelle Debeusscher
Ingénieur du son Axel Pfirrmann
Conception lumière Laïs Foulc
Régie générale, lumière Maurice Fouilhé
Régie plateau Jean-Marie Debasse

Ce spectacle bénéficie du soutien de la Charte d'Aide à la Diffusion - ONDA, ARCADI, OARA, ODIA Normandie, SVB, l'Agence Culturelle Grand-est et Occitanie en Scène
Aide aux transports Réseau en scène Languedoc-Roussillon / Montpellier


-
Vendredi 21 septembre 20h30, samedi 22 septembre 12h30 − Plateau Barrault
Tarifs de 13€ à 25€ (concert + repas à base de seiches)
Durée 2h avec dégustation


Réservation

Agenda
Les 20 prochaines dates :

up down + Voir toutes les dates

Les partenaires