Accueil > Musique > Musique > saison 2019-2020

Musique de chambre

Quatuor Diotima #3

  • 20h30mardi 26 Mai 2020

la Scène nationale d'Orléans

Beethoven et la modernité #6

Cet avant-dernier concert du cycle commence par le dernier quatuor écrit par Beethoven, l’opus 135.


Écoutez le Quatuor Diotima



Mais, s’il s’agit du dernier quatuor entièrement achevé par Beethoven, il ne s’agit pas de la dernière partition pour quatuor écrite par Beethoven, puisque le final composé en remplacement de la Grande Fugue de l’opus 130 est écrit d’octobre à novembre 1826. C’est la raison pour laquelle nous avons fait le choix de terminer ce concert et notre participation à cette intégrale par le Final de remplacement et donc les dernières notes écrites par le maître. Moins spectaculaire que les quatuors précédents, l’opus 135 n’en est pas moins une partition extraordinaire, avec son premier mouvement en apogée du principe du dialogue des voix, la sublime méditation de son mouvement lent, ou encore l’énigmatique questionnement de son final « Muß es sein ? Es muß sein! » (« Le faut-il ? Il le faut ! ») Le mouvement emblématique de l’opus 130 est sans aucun doute sa Cavatine, dont Beethoven disait lui-même ne pas pouvoir y penser sans se mettre à pleurer. Le quatuor de Joan Magrané, formidable jeune compositeur catalan, accompagne, dialogue avec ces deux quatuors. Le style de Magrané, assez contemplatif, si personnel, utilise volontiers la citation ou l’hommage. Cette œuvre apaisera, par son étrange douceur, les âpretés sublimes des quatuors qui l’entourent.



Quatuor Diotima #3

Violon 1 Yun-Peng Zhao
Violon 2 Constance Ronzatti
Alto Franck Chevalier
Violoncelle Pierre Morlet

Ludwig van Beethoven Quatuor opus 135, Quatuor opus 130 avec le final de remplacement
Joan Magrané Création mondiale



Mardi 26 mai
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 21€
Durée 1h30 environ

Vous pouvez assister aux 7 concerts du cycle Beethoven et la modernité au tarif préférentiel de 70€ en souscrivant le Pass Beethoven


Réservation

Musique de chambre

Quatuor Belinfante

  • 20h30mardi 09 Juin 2020

la Scène nationale d'Orléans

Beethoven et la modernité #7

Comme une illustration du compagnonnage qui motive le Quatuor Diotima auprès des jeunes générations d’interprètes, c’est à un tout jeune quatuor à cordes qu’il appartient de conclure l’intégrale des Quatuors à cordes de Beethoven donnée à la Scène nationale d’Orléans.


Découvrez le Quatuor Belinfante en concert



Beethoven et la modernité. Le Quatuor Belinfante porte fièrement le nom de Frieda Belinfante, personnalité incroyable, violoncelliste et première femme cheffe d'orchestre professionnelle en Europe.

Le Quatuor Belinfante est un prometteur quatuor d’Amsterdam, fondé en 2016, qui porte fièrement le nom de Frieda Belinfante (1904-1995), personnalité incroyable, violoncelliste et première femme cheffe d’orchestre professionnelle en Europe. Comme le jeune Quatuor Abreu, plus tôt dans la saison, le Quatuor Belinfante se joint aux Quatuors Diotima, Casals et Bennewitz pour présenter trois quatuors de Beethoven : deux issus de la première période (opus 18) et l’opus 59 n° 3, dernier des trois quatuors que Beethoven dédie à son mécène le comte Razumovski. Manuel Hidalgo Navas est, quant à lui, un jeune compositeur espagnol qui a étudié au Conservatoire National Supérieur de Paris. C’est au cours de l’Académie Diotima 2019 que le Quatuor Belinfante et Manuel Hidalgo Navas se sont rencontrés et ont créé ensemble Del mismo cuerpo redonné ici en contrepoint de cette dernière soirée beethovénienne.



Quatuor Belinfante

Violons Olivia Doflein, Fiona Robertson
Alto Sophie Vroegop
Violoncelle Pau Marquès

Ludwig van Beethoven Quatuor n° 1 & 6 opus 18, Quatuor n° 3 opus 59
Manuel Hidalgo Navas Del mismo cuerpo



Mardi 9 juin
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 21€
Durée NC

Vous pouvez assister aux 7 concerts du cycle Beethoven et la modernité au tarif préférentiel de 70€ en souscrivant le Pass Beethoven


Réservation

Musique

Blind

  • 19h00mardi 16 Juin 2020
  • 21h00mardi 16 Juin 2020
  • 21h00mercredi 17 Juin 2020
  • 19h00mercredi 17 Juin 2020
  • 21h00jeudi 18 Juin 2020
  • 19h00jeudi 18 Juin 2020
+ horaires

la Scène nationale d'Orléans

Erwan Keravec

La musique n’a pas besoin des yeux, parfois, ils sont même un obstacle. Il nous suffit de voir un mouvement pour appréhender le son qu’il va produire et ce son ne nous surprend plus. Les yeux bandés, chaque son est une surprise. Alors, nous sommes attentifs, vigilants.


Découvrez le teaser de la performance musicale Blind



Erwan Keravec. Les yeux bandés, préparez-vous à vivre une expérience musicale et sensorielle unique !

L’espace aussi nous semble différent. On redécouvre le lointain. Les sons proches nous semblent hyper-proches. La différence entre le lointain et le proche nous semble abyssale. Être les yeux bandés nous isole du groupe. Tout nous semble plus intense, la musique, le déplacement d’air lié au mouvement. Il faut avoir confiance, se laisser aller. Des musiciens jouent pour nous, autour de nous, mais c’est nous qui nous livrons, assis, les yeux bandés. Et puis, la mémoire travaille, cherche à reconnaître les choses, à savoir qui les produit et d’où elles viennent. À être dans un groupe, les yeux bandés, et avoir le sentiment d’être le seul à sentir ces mouvements d’air, à entendre ces sons, on finit par penser que les choses nous sont individuellement adressées. La complicité, déjà ancienne, entre la Scène nationale et Erwan Keravec, nous donne le privilège de pouvoir reprendre ce spectacle très apprécié lors de la clôture de la saison 2016-17, pour tous ceux qui n’avaient pu le voir et tous ceux qui voudraient le revoir. Si voir est bien le bon mot, ce dont on peut douter, non ?



Appel aux amateurs

Nous proposons aux enfants entre 8 et 12 ans de participer à la version For Kids du spectacle Blind. Un projet participatif et créatif imaginé avec les enfants lors d’ateliers animés par Erwan Keravec. Plus d'informations : el@theatredorleans.fr



Association Offshore
Conception, cornemuse Erwan Keravec
Batterie, percussions Philippe Foch en alternance avec Héloïse Divilly
Contrebasse Hélène Labarrière en alternance avec Elise Dabrowski
Saxophones Raphaël Quenehen en alternance avec Clément Dechambre
Réalisation électronique Kenan Trévien en alternance avec Sylvain Thévenard



Mardi 16, mercredi 17, jeudi 18 juin
19h et 21h − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 10€
Durée 50 minutes


Réservation

Musique baroque

Le Salon de Madame de Pompadour

  • 20h30mardi 28 Avril 2020

la Scène nationale d'Orléans

La Rêveuse

Le XVIIIe siècle voit naître de nombreuses mutations sociales et une nouvelle sensibilité dans les arts.


La Rêveuse. Ce programme rend hommage à quelques compositeurs emblématiques, de la période des Lumière,s qui ont œuvré à enrichir les bases d’un style musical européen.

On préfère le naturel aux formes savantes du siècle précédent. On se tourne volontiers vers des œuvres au charme plus simple, capables d’émouvoir et de toucher un large public. En même temps, jamais il n’a été davantage question de grande virtuosité dans la musique. Le « règne » de Madame de Pompadour, maîtresse du Roi Louis XV, a donné un tour particulier de gaieté et de fantaisie aux arts, copié dans l’Europe entière. Ce programme rend hommage à quelques compositeurs emblématiques des Lumières qui ont œuvré à enrichir les bases d’un style musical européen, et donné un lustre nouveau à la musique de chambre parisienne.



La Rêveuse
Direction artistique Florence Bolton, Benjamin Perrot
Traverso Serge Saitta
Violon Stéphan Dudermel
Viole de gambe Florence Bolton
Théorbe Benjamin Perrot
Clavecin Clément Geoffroy

Jean-Baptiste Quentin dit Quentin le Jeune Sonates en quatuor
Louis-Gabriel Guillemain Sonates en quatuor
Joseph Bodin de Boismortier Sonates en trio
Georg Philipp Telemann 6e Quatuor Parisien



Mardi 28 avril
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 26€
Durée 1h15 environ


Réservation

Musique

Lucioles

  • 20h30mercredi 13 Mai 2020

la Scène nationale d'Orléans

Ensemble Cairn

Lucioles est un projet pour instrumentistes et haut-parleurs qui a pour objet de révéler le pouvoir surnaturel et poétique des sons.


Ensemble Cairn. Révéler le pouvoir surnaturel et poétique des sons, tel est l'objet de ce projet pour instrumentistes et haut-parleur.

Les lucioles sont ici précisément de petits haut-parleurs fabriqués artisanalement par le compositeur, une soixantaine en tout, disséminés dans la salle de concert, parmi le public, comme des petites lumières sonores redéfinissant l’espace autour de lui, un espace totalement immersif. C’est aussi un portrait du compositeur Jean-Luc Hervé à qui l’Ensemble Cairn a passé commande d’une pièce de vingt minutes pour flûte, clarinette, accordéon, percussions, violon et violoncelle. Pour ce projet, l’Ensemble Cairn se propose d’investir totalement le lieu du concert, depuis le hall d’entrée, les salles adjointes et jusqu’à la salle et la scène. Vient compléter ce projet, la musique de Claude Debussy, doublement revisitée, à la fois par le biais de la transcription et à la fois par un traitement informatique qui diffracte l’œuvre dans l’espace de concert : une mise en espace sonore, selon les paramètres de fréquences (le grave dans un haut-parleur, le medium grave dans un second, le medium aigu dans un troisième…) dont le but est de créer une anamorphose insaisissable.



Composition Jean-Luc Hervé

Ensemble Cairn
Direction artistique Jérôme Combier
Flûte Cédric Jullion
Accordéon Fanny Vicens
Violon Naaman Sluchin
Clarinette Ayumi Mori
Percussions Sylvain Lemêtre
Violoncelle Frédéric Baldassare ou Ingrid Schoenlaub
Ingénieur du son, réalisateur informatique musical Sébastien Naves
Lumière Thomas Leblanc

Jean-Luc Hervé Dans l’ombre des anges, Lucioles
Claude Debussy (instrumentation) Des pas dans la neige, Brouillards



Mercredi 13 mai
20h30 − Plateau Touchard
Tarifs de 5€ à 21€
Durée NC


Réservation

Musique de chambre

Quatuor Diotima #2

  • 20h30jeudi 02 Avril 2020

la Scène nationale d'Orléans

Beethoven et la modernité #5

L’opus 131 frappe d’abord par une innovation majeure : ses sept mouvements s’enchaînent sans interruption. Mais bien d’autres paramètres font de ce quatuor encore de nos jours un quatuor « moderne» : ses proportions étranges, avec un mouvement de 30 secondes quand un autre fait plus de 15 minutes, ses variations énigmatiques, ou encore son point de gravité tourné entièrement vers son final.


Écoutez le Quatuor Diotima



Que dire à propos de la Grande Fugue après la phrase de Igor Stravinski : « Cette musique sera éternellement contemporaine » ? Encore de nos jours, la plupart des mélomanes s’avouent un peu perplexes face à cette partition sonnant comme une matière brute en fusion. L’on comprend dès lors assez bien la raison pour laquelle Beethoven a choisi d’écrire un final de remplacement à l’opus 130, dont la Grande Fugue originellement finale, fut totalement incomprise à sa création. Future Family de Miroslav Srnka n’est pas un quatuor au sens académique. En effet, il s’éloigne de nombreux codes du genre, en proposant en particulier d’échanger à loisir les mouvements de l’œuvre. Ceux-ci sont notés 1/2/3/4, et chaque instrumentiste (violon 1 et 2, alto et violoncelle) peut choisir un numéro à sa guise (avec accord préalable entre les musiciens !) et ainsi changer l’ordre du quatuor à chaque concert ! Miroslav Srnka est l’un des plus proches compositeurs du Quatuor Diotima et fait partie, comme il aime à le répéter en référence au titre de sa pièce, de sa famille musicale.



Quatuor Diotima #2
Violon 1 Yun-Peng Zhao
Violon 2 Constance Ronzatti
Alto Franck Chevalier
Violoncelle Pierre Morlet

Ludwig van Beethoven Quatuor opus 131 Grande Fugue
Miroslav Srnka Future Family

Jeudi 2 avril 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 21€
Durée 1h30 environ


Vous pouvez assister aux 7 concerts du cycle Beethoven et la modernité au tarif préférentiel de 70€ en souscrivant le Pass Beethoven


Réservation

Musique

Lauréats du Concours “Brin d’herbe”

  • 17h00samedi 25 Avril 2020

la Scène nationale d'Orléans

En partenariat avec le Concours international de piano d’Orléans

Le Concours international de piano d’Orléans a un petit frère qu’on ne connaît pas assez, le Concours "Brin d’herbe" dont la dernière édition s’est tenue en avril 2019.


Retour vidéo sur le Concours "Brin d'herbe" 2019



Piano. Le Concours international de piano d’Orléans a un petit frère qu’on ne connaît pas assez, le Concours "Brin d’herbe".

Trois lauréats de la 8e édition du Concours "Brin d’herbe" se produiront, en quelque sorte, en lever de rideau de la Finale de la 14e édition du Concours international de piano d’Orléans, accompagnés par un jeune quatuor à cordes issu de l’Académie Diotima de Noirlac. Ils interpréteront une œuvre commandée au compositeur Christian Mason pour quintette avec piano, Inner Landscapes (Paysages intérieurs).



Christian Mason Quintette avec piano, Inner Landscapes (création mondiale)
Programme à compléter



Samedi 25 avril
17h − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 21€
Durée 1h environ


Réservation

Musique

Finale 14e Concours international de piano d’Orléans

  • 15h00dimanche 26 Avril 2020

la Scène nationale d'Orléans

Coréalisation Orléans Concours International

Le Théâtre d’Orléans accueille à nouveau dans sa saison la Finale du Concours international de piano d’Orléans.


Découvrez Maroussia Gentet (lauréate 2018) lors de la finale du Concours international de piano d'Orléans



Au programme, les récitals de trois finalistes, sélectionnés parmi des candidats venus du monde entier ayant défendu avec excellence, passion et joie la musique des XXe et XXIe siècles. Pour la dernière épreuve, les trois finalistes auront l’opportunité de jouer le Chamber piano concerto – for piano(s) and ensemble (2018) de la compositrice polonaise Agata Zubel aux côtés d’un des plus prestigieux ensembles de musique contemporaine au monde, l’Ensemble intercontemporain. Le grand répertoire est également mis à l’honneur grâce à la participation des Solistes de l’Orchestre Symphonique d’Orléans qui accompagneront les trois finalistes dans le 1er mouvement du Sextuor de Francis Poulenc. Le programme est complété avec une œuvre composée entre 1900 et 2020 au libre choix de chaque finaliste.



Orléans Concours International

Œuvres interprétées par chacun des candidats finalistes
Agata Zubel Chamber piano concerto – for piano(s) and ensemble (2018)
avec l’Ensemble intercontemporain
Direction Simon Proust

Francis Poulenc Sextuor pour piano et vents opus 100: 1. Allegro vivace (1939)
avec les Solistes de l’Orchestre Symphonique d’Orléans

Une œuvre composée entre 1900 et 2020 au libre choix du candidat



Dimanche 26 avril
15h − Salle Touchard
Tarifs de 5€ à 26€
Durée 2h environ


Réservation

Musique/Cirque

Les Métamorphoses du cercle

  • 20h30jeudi 06 Février 2020

la Scène nationale d'Orléans

Ensemble Cairn

Les Métamorphoses du cercle permet la rencontre entre une musicienne et un jongleur de cerceaux.


Découvrez le teaser du spectacle Les Métamorphoses du cercle



Musique et hula hoop. Artistes aventuriers, chacun dans le territoire de l’autre, ils partagent le même espace du mouvement.

Le cercle c’est ici autant le mouvement ondulatoire dans lequel s’inscrit le corps du circassien que celui qu’opère l’altiste avec son instrument. Il y a les cercles visibles qu’anime Sylvain Julien avec son corps mais aussi avec son humour, nous faisant découvrir du même coup les territoires insoupçonnés du hula hoop, passant d’un à dix cerceaux sans sourciller. Et les cercles, invisibles ceux-là mais bien audibles, que dessine le son de l’altiste Cécile Brossard qui nous entraîne de la musique baroque de Bach à une composition d’aujourd’hui de Karl Naegelen. Artistes aventuriers, chacun dans le territoire de l’autre, ils partagent le même espace du mouvement. Ces métamorphoses opèrent comme une variation sensible, un hommage à cette figure essentielle qu’est le cercle, métaphore du cycle de la vie.



Appel aux amateurs
Nous proposons un atelier d’initiation au hula hoop. L’interprète et jongleur de la pièce vous apprendra à faire danser vos cerceaux ! Plus d'informations : el@theatredorleans.fr



Ensemble Cairn

Alto Cécile Brossard
Jongleur de cerceaux Sylvain Julien
Compositions Karl Naegelen
Lumière Dominique Ryo

Karl Naegelen Pièce d’introduction, Version transformée de la 3e sonate pour alto de J.S. Bach, Adagio transformé de la 3e sonate pour alto, Pièce conclusive
Jean-Sébastien Bach 3e sonate pour alto (allegro, largo, adagio)



Jeudi 6 février
20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 5€ à 21 €
Durée NC - à partir de 7 ans

Séances scolaires jeudi 6, vendredi 7 février


Réservation

Musique traditionelle

San Salvador

  • 17h00dimanche 16 Février 2020

la Scène nationale d'Orléans

San Salvador n’est pas un groupe de musique venu d’îles lointaines… Issus de Saint-Salvadour en Corrèze, ces six jeunes musiciens, ont entrepris depuis plusieurs années un travail de recherche artistique autour de la polyphonie.


Découvrez le titre La fin de la guerra par le groupe San Salvador



Musiques traditionnelles. Essentiellement chantés en occitan, des rythmes de bourrées succèdent à des chants lents, sur des thèmes variés

S’intéressant davantage à une forme de renouvellement (détournement) poétique des musiques traditionnelles et du monde, plus qu’à l’expression d’un "folklore authentique", d’un patrimoine soi-disant « sauvegardé », la musique de San Salvador circule, au contraire, entre les cultures et les univers musicaux. Essentiellement chantés en occitan, des rythmes de bourrées succèdent à des chants lents, sur des thèmes variés : le printemps, la religion ou la guerre. Se répondant ou s’affrontant, les musiciens alternent chuchotements et montées en puissance, amplifiant le volume de façon spectaculaire. Il en résulte un moment déroutant dans un mix entre tragique et joyeux, d’une rare intensité à la croisée de la transe, d’un chœur punk et de constructions math-rock ; dansant et chaleureux ; hyper-rythmiques et haletant.



San Salvador
Voix, tom bass Thibault Chaumeil
Voix, mains Eva Durif
Voix, tambourin Gabriel Durif
Voix, tom bass Marion Lherbeil
Voix, mains Laure Nonique Desvergnes
Voix, cymbales de défilé miniature, grosse caisse Sylvestre Nonique Desvergnes



Dimanche 16 février
17h − Salle Barrault
Tarifs de 5€ à 26€
Durée 1h15


Réservation

Musique de chambre

Quatuor Bennewitz

  • 20h30jeudi 19 Mars 2020

la Scène nationale d'Orléans

Beethoven et la modernité #4

Le quatuor Bennewitz est aujourd’hui l’un des meilleurs quatuors tchèques, de ce pays qui, en matière de quatuor à cordes, a fourni parmi les meilleures formations au monde musical.



Découvrez le Quatuor Bennewitz en concert



Beethoven et la modernité. Aujourd’hui l’un des meilleurs quatuors tchèques, de ce pays qui, en matière de quatuor à cordes, a fourni parmi les meilleures formations au monde musical.

Outre l’opus 18, quatuor composé sous l’œil du KV 464 de Mozart, et le 2e "Razumovsky", plus rapide et concentré que le précédent quatuor de cette série de trois dédiés à l’ambassadeur russe de l’époque à Vienne, ce programme nous offre l’opus 95 dit Quartetto Serioso. Composé en 1810 à un moment particulièrement douloureux de la vie de Beethoven (annulation de projets de mariage en particulier), il s’agit d’une œuvre radicale, profondément dramatique, l’une des plus noires du compositeur, où cependant la résignation n’a pas de place. Le Quatuor Bennewitz a choisi de nous présenter, pour la partie moderne de ce concert, un quatuor de Giovanni Sollima, compositeur et violoncelliste italien qui fait partie de ces interprètes-compositeurs si rares aujourd’hui et pour lequel le Quatuor Diotima a la plus grande estime. Si, selon le célèbre trait d’humour, « le compositeur est celui qui comprend la musique mais ne l’aime pas, et l’interprète celui qui aime la musique mais ne la comprend pas », alors Giovanni Sollima réconcilie ces deux approches !



Quatuor Bennewitz
Violons Jakub Fišer, Stěpán Ježek
Alto Jiří Pinkas
Violoncelle Stěpán Doležal

Ludwig van Beethoven Quatuor n° 5 opus 18, Quatuor opus 95, Quatuor n° 2 opus 59
Giovanni Sollima Sonettes et Rondeaux pour quatuor à cordes



Jeudi 19 mars
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 26€
Durée NC

Vous pouvez assister aux 7 concerts du cycle Beethovenet la modernité au tarif préférentiel de 70€ en souscrivant le Pass Beethoven


Réservation

Musique baroque

Tendances

  • 20h30jeudi 26 Mars 2020

la Scène nationale d'Orléans

Les Folies françoises

Musique contemporaine et musique ancienne pour une rencontre au sommet.


Folies françoises, Hae Sun-Kang. Musique ancienne et contemporaine pour une rencontre au sommet.

"Ce programme est né de ma rencontre avec Hae Sun-Kang, violoniste de l’Ensemble intercontemporain et spécialiste depuis plus de 25 ans de la musique contemporaine. Curieuse de l’interprétation sur instruments anciens, nous avons échangé à ce sujet et travaillé ensemble des Sonates pour deux violons de Jean-Marie Leclair, violoniste français du XVIIIe siècle. Le souhait de Hae-Sun était de créer un concerto pour violon, accompagné par un ensemble baroque. Sa complicité avec Yan Maresz nous a permis de réfléchir ensemble à la forme de cette création. Le choix d’une suite de danses s’est imposé, tant elle est au cœur de la musique française de cette époque. La qualité particulière du son de l’orchestre baroque et sa différence de timbre par rapport à la partie soliste est le point principal qui va être mis en valeur par l’écriture. Yan Maresz a opté pour une forme rappelant les suites de danses baroques, sauf que là les dix danses choisies sont d’époque contemporaine. Ancrer les Folies françoises dans notre époque est certainement un but atteint à l’heure de notre 20e anniversaire. Tendances en est la démonstration !"



Violon baroque Patrick Cohën-Akenine
Violon contemporain Hae-Sun Kang
et les musiciens des Folies françoises

Jean-Ferry Rebel Les éléments, Chaos et suites de danses
Jean-Marie Leclair Duos, Concerto
Pierre Boulez Anthèmes
Yan Maresz Tendances création



Jeudi 26 mars
20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 5€ à 26€
Durée 1h10 environ


Réservation

Jazz

Dracula

  • 20h30vendredi 17 Janvier 2020

la Scène nationale d'Orléans

Orchestre National de Jazz

Sous la nouvelle direction artistique de Frédéric Maurin, l’Orchestre National de Jazz présente Dracula, le premier spectacle jeune public de l’histoire de l’Orchestre.


Venez en famille ! Découvrez un monde mystérieux où l’on n’a pas peur des cauchemars et de la magie, ni des esprits qui habitent dans la chambre.

Ce conte musical s’inspire de tous les mythes du vampire, omniprésent dans la plupart des civilisations. La légende de Dracula, connue du monde entier, effraie autant qu’elle fascine, tant la trajectoire et les désirs amoraux de ce symbole, mi-homme mi-dieu, questionnent frontalement la sexualité, l’équilibre entre l’ombre et la lumière, entre le bien et le mal. La richesse de cette mythologie constitue un formidable matériau pour conduire les enfants dans un monde fantasmagorique dans lequel les questions de l’amour, de la mort, de la vie éternelle et de l’ambivalence du désir s’entremêlent. Un monde mystérieux où l’on n’a pas peur des cauchemars et de la magie, ni des esprits qui habitent dans la chambre. Dracula c’est le désir qui se matérialise en musique. Ce programme est conçu pour tous les publics, venez en famille !



Orchestre National de Jazz
Direction artistique, composition Frédéric Maurin
Collaboration artistique, composition Grégoire Letouvet
Mise en scène Julie Bertin
Textes, comédiennes Milena Csergo, Estelle Meyer
Flûte Fanny Ménégoz
Saxophone alto Fabien Debellefontaine
Saxophone ténor, clarinette basse Guillaume Christophel
Trompette, bugle Quentin Ghomari
Cor Mathilde Fèvre
Trombone Christiane Bopp
Guitare électrique Christelle Raphaël Schwab
Percussions Rafaël Koerner
Lumières Leslie Desvignes
Son Erwan Boulay



Vendredi 17 janvier 20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 5€ à 26€
Durée 45 minutes - à partir de 8 ans

Séances scolaires jeudi 16, vendredi 17 janvier


Réservation

Musique de chambre

Quatuor Casals

  • 20h30mardi 21 Janvier 2020

la Scène nationale d'Orléans

Beethoven et la modernité #3

Le Quatuor Casals, qui vient de fêter ses 20 ans d’existence, incontournable sur la scène internationale, en particulier pour ses interprétations des quatuors de Beethoven, a la particularité de posséder une magnifique collection d’archets d’époque, et peut ainsi présenter chaque style musical dans son « instrumentarium » d’origine.



Découvrez le Quatuor Casals en concert



Beethoven et la modernité. Déjà 20 ans d’existence, pour ce quatuor incontournable sur la scène internationale, en particulier pour ses interprétations des quatuors de Beethoven.

Les Quatuors de l’opus 18, composés entre 1798 et 1800, sont pleins de fraîcheur et de science, mais aussi empreints de quelques maladresses, ce qui les rend particulièrement attachants. Les numéros d’opus ne suivant pas toujours la chronologie de composition, vous entendrez dans ce concert le premier quatuor écrit par Beethoven, l’opus 18 n° 3. Le public considéra les quatuors dits Razumovsky comme « la mauvaise farce d’un toqué… une musique de cinglé ». Composé très rapidement (en à peine un mois) ce premier quatuor Razumovsky, du nom de l’ambassadeur de Russie à Vienne auquel ces quatuors sont dédiés, est un événement dans l’histoire du genre, de par ses dimensions, son langage ou son contenu expressif. Le Quatuor Casals a choisi en miroir de ce programme de nous faire découvrir le compositeur espagnol Francisco Coll, l’un des très rares élèves du génial Thomas Adès, proche parmi les proches du Quatuor Diotima.



Quatuor Casals
Violons Abel Tomàs, Vera Martinez Mehner
Alto Jonathan Brown
Violoncelle Arnau Tomàs Realp

Ludwig van Beethoven Quatuor n° 2 opus 18, Quatuor n° 3 opus 18, Quatuor n° 1 opus 59
Francisco Coll Cantos



Mardi 21 janvier 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 26€
Durée NC

Vous pouvez assister aux 7 concerts ducycle Beethoven et la modernité au tarif préférentiel de 70€ en souscrivant le Pass Beethoven


Réservation

Théâtre/

Le dur désir de durer

  • 20h30lundi 23 Septembre 2019
  • 20h30mardi 24 Septembre 2019
  • 20h30mercredi 25 Septembre 2019
  • 20h30jeudi 26 Septembre 2019
  • 20h30vendredi 27 Septembre 2019
+ horaires

la Scène nationale d'Orléans

Théâtre Dromesko

Durant plus d’une semaine, en juin 2018, la baraque en bois du Théâtre Dromesko a pris place au sein même du Campo Santo en plein centre d’Orléans. Elle revient en septembre pour vous permettre de découvrir un nouveau spectacle.


Découvrez le teaser du spectacle Le dur désir de durer



Théâtre Dromesko. Se glisser dans la baraque d’Igor et Lily, c’est accéder à un univers fantasque où les disciplines se nouent : danse, théâtre, musique et même… jeu complice avec des bêtes à plumes.

Assis dans un dispositif bi-frontal, le public orléanais avait ainsi pu partager avec les artistes la fête du Jour du Grand Jour. Dans cet espace, le rapport engagé et engageant avec le public, sans recoin ou décors pour se cacher, a fait germer d’autres envies. Voilà pourquoi Le dur désir de durer démarre là où s’est arrêté Le Jour du Grand Jour, balayant les dernières traînes de mariées, faisant table rase du banquet pour aller ailleurs… Se glisser dans la baraque d’Igor et Lily, c’est accéder à un univers fantasque où les disciplines se nouent : danse, théâtre, musique et même… jeu complice avec des bêtes à plumes. Entre les deux gradins, neuf interprètes arpentent leur bout de parquet. Les tableaux les plus charmants, inquiétants, amusants ou absurdes, s’y déploient tout comme les corps, les voix, les notes de musique… Le Théâtre Dromesko crée un langage singulier, dont la force, toujours, étonne. De toute beauté !



Après demain, demain sera hier
Textes Guillaume Durieux
Jeu, danse Lily, Igor, Guillaume Durieux, Olivier Gauducheau, Zina Gonin-Lavina, Florent Hamon, Revaz Matchabeli, Violeta Todo-Gonzalez, Jeanne Vallauri
Interprétation musicale Lily (chant), Igor (accordéon), Revaz Matchabeli (violoncelle)
Décor Philippe Cottais
Costumes Cissou Winling
Lumière Fanny Gonin
Son Morgan Romagny



Lundi 23, mardi 24, mercredi 25, jeudi 26, vendredi 27 septembre
20h30 − Hors les murs Campo Santo (rue Fernand Rabier à Orléans)
Tarifs de 5€ à 26€
Durée 1h30


Réservation

Musique du monde

Oum - Daba

  • 17h00dimanche 10 Novembre 2019

la Scène nationale d'Orléans

D’origine sahraouie, la chanteuse Oum n’a pas vu le jour dans les dunes, mais dans le tumulte de Casablanca à la fin des années 70.


Découvrez le teaser du titre Daba par l'artiste Oum



Oum. De part ses origines, l’artiste porte en elle la chaleur du désert, le vent de la liberté, la beauté et la fragilité des reliefs.

De part ses origines, l’artiste porte en elle la chaleur du désert, le vent de la liberté, la beauté et la fragilité des reliefs. Avec sa voix sincère, sensible et puissante, elle incarne le renouveau de la scène musicale marocaine. Déjà quatre albums à son actif et le succès est toujours au rendez-vous et dépasse largement les frontières de son pays natal. Ce sont ses voyages et ses rencontres qui ont fourni la matière de son troisième album Daba, « maintenant » en arabe marocain. Un titre aux résonances multiples. Si l’orchestration reste acoustique, quelques sons électroniques habillent pour la première fois ses chansons, comme pour les relier discrètement à notre monde actuel. La chanteuse se positionne comme une Marocaine, une Africaine et une femme du monde convaincue que les barrières culturelles pèsent moins que ce qui peut nous rassembler. Elle offre une musique plurielle, à l’image de la diversité culturelle du Maroc, sa voix est pleine et ses textes entiers, balayant d’un trait la nature menacée, le sort des migrants ou le statut des femmes. Une vraie invitation à vivre pleinement le moment présent !



Voix Oum El Ghait, Ben Essahraoui
Oud Yacir Rami
Percussions Natascha Rogers
Trompette Camille Passeri
Contrebasse Damian Nueva Cortes
Saxophone, arrangements Chepe
Ingénieur son Leï Lacoste



Dimanche 10 novembre
17h − Salle Touchard
Tarif de 5€ à 26€
Durée 1h30 environ


Réservation

Récital

Maroussia Gentet

  • 17h00dimanche 01 Décembre 2019

la Scène nationale d'Orléans

En partenariat avec le Concours international de piano d’Orléans

Après l’attribution des prix, les membres du Concours accompagnent les lauréats dans le développement de leur parcours en tant que pianistes professionnels.


Découvrez Maroussia Gentet lors de la finale du Concours international de piano d'Orléans en 2018



Talent de demain. Après l’attribution des prix, le Concours international de piano d’Orléans accompagne ses lauréats dans le développement de leur parcours en tant que pianistes professionnels.

L’étape décisive est l’enregistrement d’un disque sur un projet inédit suivi d’une tournée de récitals et masterclasses dans une dizaine de villes de la Région Centre-Val de Loire. C’est dans ce cadre que la Scène nationale d’Orléans accueille Maroussia Gentet, Premier Prix du 13e Concours international de piano d’Orléans. Le disque de Maroussia Gentet est une véritable "Invocation" des forces souterraines qui lient l’homme à la nature en l’élevant dans un espace métaphysique créé grâce à des rituels sonores. Il s’agit des rituels quotidiens qui construisent des univers sonores particuliers, comme par exemple dans La Vallée des Cloches dans les Miroirs de Ravel, ou des rituels liés à d’autres cultures comme c’est le cas pour Tangata Manu de Marco Stroppa ou de Mana d’André Jolivet.



Piano Maroussia Gentet, premier Prix du Concours international de piano d’Orléans 2018

Maurice Ravel Miroirs
Marco Stroppa Miniature Estrose : 4-Tangata Manu
Alex Nante Invocation, pour Maroussia Gentet
André Jolivet Mana



Dimanche 1er décembre
17h − Salle Barrault
Tarif de 5€ à 26€
Durée 1h environ


Réservation

Musique de chambre

Quatuor Abreu

  • 20h30mardi 17 Décembre 2019

la Scène nationale d'Orléans

Beethoven et la modernité #2

Fondé en 2015 le Quatuor Abreu termine actuellement son brillant parcours au Conservatoire Supérieur de San Sebastian.


Beethoven et la modernité. Fondé en 2015 le Quatuor Abreu termine actuellement son brillant parcours au Conservatoire Supérieur de San Sebastian.

Après une première soirée Beethoven et la modernité consacrée à deux des derniers Quatuors, cette soirée offre une première incursion dans le reste du corpus beethovénien : un quatuor issu de la première période (opus 18 n° 4) et un quatuor de la période médiane, Les Harpes. C’est une pièce du compositeur Andreas Tsiartas, chypriote, étudiant à la prestigieuse Université de York, qui complète le programme. Andreas Tsiartas et le Quatuor Abreu sont tous issus de la promotion 2019 de l’Académie Diotima qui offre chaque année à de jeunes compositeurs et de jeunes interprètes l’occasion unique de se rencontrer dans le cadre privilégié de l’Abbaye de Noirlac pour travailler ensemble autour des écritures nouvelles pour quatuor à cordes.



Quatuor Abreu

Violons Laura Sánchez, Alberto Cid
Alto Inés Moreno
Violoncelle Nora Lopez

Ludwig van Beethoven Quatuor opus 18 n° 4, Quatuor à cordes n° 10 opus 74 "Les Harpes"
Andreas Tsiartas Atractos, Quatuor à cordes n° 2



Mardi 17 décembre
20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 21€
Durée NC

Vous pouvez assister aux 7 concerts du cycle Beethoven et la modernité au tarif préférentiel de 70€ en souscrivant le Pass Beethoven


Réservation

Musique baroque

Méditations et autres motets

  • 20h30mardi 07 Janvier 2020

la Scène nationale d'Orléans

La Rêveuse

Marc-Antoine Charpentier est le compositeur du Grand Siècle qui a le plus aimé et utilisé avec talent l’effectif de trois voix d’hommes.



La Rêveuse. Marc-Antoine Charpentier est le compositeur du Grand Siècle qui a le plus aimé et utilisé avec talent l’effectif de trois voix d’hommes.

Cette combinaison de voix masculines, peu utilisée par ailleurs, permettait de mettre en valeur la profondeur des textes dans la musique sacrée, et donnait une extraordinaire densité au discours. On retrouve parfois cet effectif dans d’autres répertoires européens, comme dans les fantastiques Devotional Songs de Purcell, qui semblent faire écho aux méditations de Charpentier ; preuve, s’il en faut, que le génie de Charpentier avait dépassé les frontières et peut-être influencé d’autres grands noms de la musique.



La Rêveuse
Direction artistique Florence Bolton, Benjamin Perrot
Haute-contre Sean Clayton
Taille Marc Mauillon
Basse-taille Renaud Brès
Viole de gambe Florence Bolton
Théorbe Benjamin Perrot
Clavecin, orgue Clément Geoffroy

Marc-Antoine Charpentier Méditations pour le Carême
Sébastien de Brossard Miserere Mei Deus
Henry Du Mont Cantica sacra
Marin Marais Pièces de viole



Mardi 7 janvier 20h30 − Salle Vitez
Tarifs de 5€ à 26€
Durée 1h15 environ


Réservation

Musique

In company with W. Shakespeare

  • 20h30mardi 08 Octobre 2019

la Scène nationale d'Orléans

Une utopie de l’écoute

L’Ensemble Cairn propose un voyage musical autour de la figure de Shakespeare qui met en regard la Renaissance anglaise et les prémices du baroque avec l’époque d’aujourd’hui.


Ensemble Cairn. Voyage musical autour de la figure de Shakespeare entre Renaissance anglaise, prémices du baroque et époque d’aujourd’hui.

Cette mise en perspective occasionne réécritures et transcriptions par les compositeurs, manière inventive de redécouvrir, à travers les oreilles de nos contemporains, les œuvres anciennes de l’Angleterre élisabéthaine. S’il est une utopie, c’est certainement ici d’imaginer et concevoir une musique dont on ne puisse dire tout à fait de quelle époque elle procède, une utopie de l’écoute, tendue entre le XVIe, le XVIIe siècles et notre époque actuelle, et qui répondrait à cette question : comment aujourd’hui écouter différemment notre passé ? In company with William Shakespeare c’est donc écouter les compositeurs d’aujourd’hui écoutant eux-mêmes l’histoire de la musique. En clôture de soirée, l’Ensemble Cairn jouera trois extraits de Tempest notebook, cycle que la compositrice finlandaise Kaija Saariaho a composé sur les textes de Shakespeare, comme le firent M. Locke et H. Purcell en leur temps.



Nos rendez-vous
Mardi 8 octobre à 19h - Bar d’Entracte
Rencontre publique, renaissance en écho "Musiques et vins vivants en résonance" avec Denis Chartier chercheur géographe, Jérôme Combier compositeur, et un.e musicien.ne de l’Ensemble Cairn. Dégustation de vins naturels proposée par un.e vigneron.ne de la région Centre-Val de Loire.



Ensemble Cairn
Soprano Léa Trommenschlager
Violon Naaman Sluchin
Alto Cécile Brossard
Violoncelle Frédéric Baldassare
Flûte Cédric Jullion
Harpe Aurélie Saraf
Instrumentations Jonathan Bell, Johannes Schöllhorn, Jérôme Combier
Musique William Byrd, John Dowland, Matthew Locke, Henry Purcell



Mardi 8 octobre
20h30 − Salle Vitez
Tarif de 5€ à 21€
Durée NC


Réservation

Festival

Hop Pop Hop

  • 17h30vendredi 13 Septembre 2019
  • 16h00samedi 14 Septembre 2019
+ horaires

la Scène nationale d'Orléans

En partenariat avec L’Astrolabe, scène de musiques actuelles d’Orléans

Dédié à l’émergence musicale, le festival Hop Pop Hop veut partager avec le plus grand nombre le plaisir de découvrir les artistes de demain, les tendances inédites et les univers musicaux en devenir.



Découvrez les derniers noms annoncés pour l'édition 2019



Festival. Dédié à l’émergence musicale, les tendances inédites et les univers musicaux en devenir.

Associé à des créations interactives, ateliers et rencontres, ce festival, dont c’est déjà la quatrième édition, est incontestablement le nouveau rendez-vous musical de la rentrée, dans cinq lieux du centre-ville d’Orléans : le Jardin de l’Évêché, la Scène nationale, le Centre chorégraphique national, le 108 et le Conservatoire d’Orléans- Salle de l’Institut.



Appels aux amateurs
Création participative et déambulatoire accompagnée par 4 danseur(se)s hip-hop et 10 musiciens du Brass Band Fonk’Nola. En lien avec le festival, participez à Red Line Crossers, création participative et déambulatoire accompagnée par 4 danseur(se)s hip-hop et 10 musiciens du Brass Band Fonk’Nola. Découvrez la culture du carnaval de La Nouvelle-Orléans à travers des ateliers de danse menés par la compagnie Engrenage(s) et participez au rendu lors du festival, samedi 14 septembre en plein cœur d’Orléans.



Vendredi 13 septembre
à partir de 17h30, samedi 14 septembre à partir de 16h − Plateau Barrault
Hors abonnement
Achetez vos billets, suivez l’actualité et découvrez le programme du festival sur www.hoppophop.fr


Musique de chambre

Quatuor Diotima #1

  • 20h30jeudi 10 Octobre 2019

la Scène nationale d'Orléans

Beethoven et la modernité #1

L’opus 127 ouvre cette intégrale des quatuors de Beethoven. Cette œuvre est la première de ce que l’on appelle «les derniers quatuors». Composé entre 1823 et 1825, il est séparé de 14 ans du précédent quatuor, ce qui en fait la plus longue interruption dans l’écriture pour quatuor dans la vie de Beethoven.


Écoutez le Quatuor Diotima



Beethoven et la modernité. L’opus 127 ouvre cette intégrale des quatuors de Beethoven.

Œuvre au lyrisme irrésistible, elle est néanmoins déroutante à la première écoute : se mêlent une impression de familiarité avec un sentiment de quelque chose de nouveau, d’inhabituel, d’une étrangeté fascinante qui s’affirmera avec les quatuors suivants, en particulier le quatuor opus 132 en cinq mouvements dont le sublime « chant de reconnaissance à la divinité ». Ce premier concert de la série invite Clara Iannotta, l’une des plus brillantes compositrices italiennes de sa génération. Son sens de la forme, son travail hyper sophistiqué et esthétiquement magnifique sur les timbres sont un contrepoint parfait aux deux quatuors présentés dans ce programme beethovénien.



Quatuor Diotima
Violon 1 Yun-Peng Zhao
Violon 2 Constance Ronzatti
Alto Franck Chevalier
Violoncelle Pierre Morlet

Ludwig van Beethoven Quatuor opus 127, Quatuor opus 132
Clara Iannotta Dead wasps in thejam-jar (III)



Jeudi 10 octobre
20h30 − Salle Vitez
Tarif de 5€ à 21€
Durée 1h30 environ

Vous pouvez assister aux 7 concerts du cycle Beethoven et la modernité au tarif préférentiel de 70€ en souscrivant le Pass Beethoven


Réservation

Concert

Archive

  • 20h30vendredi 22 Novembre 2019

la Scène nationale d'Orléans

Attention évènement, le groupe Archive à Orléans !

Le parcours des Anglais d’Archive est, en bien des points, chaotique et instable.



Découvrez le clip Bullets du groupe Archive




Dernières places. Les membres du groupe Archive viennent fêter leurs 25 ans de carrière à l'automne prochain et feront un arrêt, chez nous, au Théâtre d'Orléans

Né en 1994 autour de Darius Keeler et Danny Griffiths, le groupe change souvent de line-up et s’éloigne assez vite du trip-hop originel. Archive est un caméléon dont le spectre artistique change constamment de filtre. Entre trip-hop, électro, rock progressif et pop, leur son mélange rock instrumental et nappes électroniques enveloppantes, jusqu’à nous faire perdre tout repère.Leur travail sur les chœurs et les harmonies est exemplaire et ils alternent avec talent moments de calme et crescendos intenses. Une musique sombre, mélodique et grandiose. À l’occasion de la sortie d’un album-rétrospective de leurs 25 ans de carrière, ils font en France une tournée exceptionnelle. Encore une grande soirée de collaboration entre L’Astrolabe et la Scène nationale !


-
Archive
(UK/ Rock progressif)

Cet événement vous est proposé en partenariat avec L'Astrolabe, Scène de Musiques Actuelles d'Orléans.


-
Vendredi 22 novembre
20h30 − Salle Touchard
Tarif unique 30€ - spectacle hors abonnement (ouverture de la billetterie, depuis janvier 2019)
Durée 3h15 environ (dont un entracte de 20 minutes)


Réservation

Agenda
Les 20 prochaines dates :

up down + Voir toutes les dates

Les partenaires