La lumière au bout du tunnel

la Scène nationale d'Orléans

Des (bonnes) nouvelles


Chère spectatrice, cher spectateur,

Cette saison, notre relation est tristement devenue épistolaire. Toujours portés par l’espoir de vous retrouver bientôt, avec l’arrivée des beaux jours et la joie des dernières perspectives, nous tenions à vous donner des (bonnes) nouvelles avant nos retrouvailles !

Depuis presque six mois, de belles choses se sont passées au sein du Théâtre d’Orléans ou hors les murs. En effet, face à cette crise, plutôt que des mots, de la colère ou du désarroi, l’équipe de la Scène nationale d’Orléans a choisi les actes en distillant toujours plus de culture là où cela était encore possible.

Avec audace et ténacité, notre équipe a ainsi transformé cette contrainte sanitaire en force, laissant émerger de nouvelles formes artistiques.

… sur le chemin de l’apprentissage

Dès novembre dernier, le spectacle Sonore Boréale est devenu itinérant, permettant au percussionniste Sylvain Lemêtre de sillonner le département à la rencontre de 130 collégiennes et collégiens de la 6e à la 4e. Ces élèves ont été les premiers, mais pas les derniers chanceux !

Afin de permettre la continuité pédagogique de nos actions artistiques et culturelles, des artistes comme Eva Klimackova et Leandro Villavicencio (danse), Vincent Thomasset (danse/théâtre) ou Madeleine Cazenave (musique) ont pu se rendre au sein des établissements scolaires et des conservatoires, voire même du Théâtre d’Orléans pour poursuivre leurs ateliers de transmission.

D’autres classes, travaillant déjà avec des artistes programmés, ont eu l’opportunité de se joindre aux professionnels pour assister aux spectacles proposés à huis clos durant cette période. Cerise sur le gâteau, la venue des élèves s’est toujours clôturée par un bord de plateau avec les artistes, précieux moment d’échange et de partage. Parfois même, des visites du théâtre ont pu se dérouler, toujours dans le respect des règles sanitaires en vigueur.

Ainsi, grâce à la complicité des équipes encadrantes et au soutien sans faille de leurs structures, plus de 684 élèves ont pu bénéficier d’une dose de culture, une échappatoire plus que nécessaire à leurs âges.

… hors les murs
S’adapter au monde actuel, c’est aussi savoir être précurseur dans le soutien de certains projets. Ainsi, en décembre 2020, avec la complicité de l'artiste orléanaise Anouck Hilbey, du performeur Martin Poppins et du pianiste Martin Pérénom, nous sommes rentrés en résistance artistique afin d’offrir aux orléanais toute la magie d’un cabaret féerique. Durant 3 jours, au travers des vitrines du Nouveau Magasin et du bar Les Dix Fûts, plus de 700 spectateurs ont pu admirer un show unique Lèche-Vitrines, parenthèse enchantée aussi drôle que désinvolte.

… derrière les portes
Cette résilience culturelle s’est bien entendue prolongée entre les murs du Théâtre d’Orléans avec l’accueil de nombreuses résidences pour des artistes déjà programmés. Mais aussi, magie des chamboulements de calendrier, pour de nouveaux artistes, parfois locaux, d’envergures et aux parcours variés, et dernièrement à quelques "occupants" du mouvement porté par des intermittents et des précaires.

Depuis le deuxième confinement, plus de 35 compagnies ont pu poursuivre leurs travaux, toutes disciplines confondues. Sur plus de 100 jours de résidence, la création a été la reine des plateaux avec la venue de Maud Le Pladec, Marion Blondeau, Marion Carriau, Jean-Brice Godet, l’Ensemble La Rêveuse… Les captations et les enregistrements audio/vidéo sont aussi allés bon train avec le Quatuor Diotima, Orléans Concours International, l’Ensemble Cairn, Coraline Cauchi, Laurent Goldring… Tout comme les écrins feutrés des salles ont pu servir de décor pour des clips extérieurs notamment celui de la chanteuse Elsia ou de la fanfare La Belle Image.

… pour la création de demain
Puisque l’avenir se construit aujourd’hui, nous avons fait le choix, en janvier et en mars 2021, de maintenir nos 2 temps forts de la saison : le festival Des Floraisons et la 11e édition des Soirées performances. Un acte militant pour permettre aux artistes de dévoiler, devant plus de 350 professionnels, acteurs culturels et scolaires, leurs différents regards artistiques posés sur notre société qui, en dépit de la pandémie, continue de permettre à l’art d'exister autrement. Une vraie bulle d’oxygène et d’espoir pour la création, notamment celle de demain. C’est aussi pourquoi nous avons proposé au duo de violoncellistes franco-anglais, Noémi Boutin et Matthew Sharp, de franchir les portes du Lycée Jean-Zay d’Orléans avec la performance We need to talk. Et pour parler, ils ont parlé ! En français ou en anglais, l’échange entre élèves et artistes les a menés au-delà des frontières de la musique et jusqu’aux méandres du Brexit.

… pour s’évader à tout âge
Selon l’adage, il paraît d’ailleurs que les voyages forment la jeunesse. Partant de ce principe, in extremis avant le confinement, nous avons eu l’immense chance d’offrir l’opportunité à 24 enfants de 8 à 12 ans de vivre un voyage musical avec le sonneur de cornemuse Erwan Keravec et la percussionniste Héloïse Divilly. Pour illustrer l’ambiance de cette rencontre inouïe et ludique avec les sons, la forme vidéo de Blind For Kids est disponible sur nos réseaux. Parce que malgré la période complexe que nous traversons, il y a aussi ces petits moments de bonheur que l’on a su préserver et que nous prenons plaisir à partager.

Car malgré tout, vivre une aventure chorégraphique par pandémie, ce n’est pas simple mais c'est possible ! La chorégraphe Cécile Loyer et 4 danseurs professionnels ont eu aussi su relever ce beau défi aux côtés de 29 volontaires de 16 à 72 ans. Entre novembre 2020 et janvier 2021, elle a fédéré sa troupe éphémère autour de la danse et des notions de voyage, de traversée, de migration et d’errance pour créer Kartographie#Orléans. Une rencontre aussi bien humaine qu’artistique mais, surtout unique ! Une nouvelle fois, les caméras se sont glissées sur les plateaux pour vous dévoiler cette expérience artistique.

… pour tisser sa toile
Sachez-le, nous avons à cœur de vous retrouver rapidement pour que le spectacle reste un moment de convivialité partagée, bref, qu’il soit vivant ! Toutefois, afin de combler cette irrépressible envie de culture, nous avons pris grand plaisir à entrecroiser les frontières entre réel et virtuel. C’est ainsi qu’avec la précieuse complicité du Musée des Beaux-Arts d’Orléans, un nouveau concept d’immersions visuelles et sonores est né. Pour les 2 premiers épisodes de Toute une époque, c’est l’Ensemble La Rêveuse qui s’est prêté au jeu, mettant en parallèle œuvres du musée et extraits musicaux. D’autres interactions virtuelles ont été proposées comme la captation de 2 concerts, celle de 2 ateliers, 1 performance visuelle à l’occasion du festival Soirées performances, ainsi que 2 visites et rencontres virtuelles organisées avec l’équipe de La Fabrique Culturelle et Citoyenne – Cultures du Cœur.

… pour enfin se retrouver

Parce que votre théâtre est toujours en ébullition, il était important de partager avec vous une partie de cette actualité. Nous sommes prêts à vous accueillir pour la suite de la programmation qui se prolongera exceptionnellement jusqu’à mi-juillet. Et nous vous informons que nos équipes travaillent déjà d’arrache-pied sur la saison 21/22.

À bientôt au théâtre,

L’équipe de la Scène nationale d’Orléans


© Kartographie#Orléans - Aaron Benjamin